acteurs

réalisateur

scénariste

studios

  • Rectangle Productions
  • Wild Bunch International Sales

distributeur

  • Cinéma Du Parc

Images

Revues de presse

Médiafilm

Très bon
Lire la critique

En particulier lors de ses échanges - largement improvisés - avec le doué Alex Lutz, dans le rôle du fils aimant mais impuissant. En femme de tête perdant tranquillement la sienne, Françoise Lebrun offre une prestation subtile et déchirante. 

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Télérama

Excellent
Lire la critique

Vortex, sorte de testament avant l'heure, raconte, dans un vérisme cruel, à quel point le temps reste la drogue la plus toxique. Et son effet, irréversible.

Guillemette Odicino Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Pauvre
Lire la critique

Il ne manque pas d'idées fortes de mise en scène (le diaporama final est dévastateur), mais pourquoi étirer sur deux heures vingt une expérience de court-métrage plombée par des considérations d'étudiant ?

Nicolas Schaller Lire la critique complète

Les Echos

Bon
Lire la critique

Gaspard Noé filme l'horreur d'une dégénérescence dans « Vortex ». Une démarche qui rejoint surtout une obsession du réalisateur qui, de « Irréversible » à « Enter the Void », ne cesse de filmer le cheminement vers la mort. Récit d'une agonie, bourré d'idées de cinéma, le film met trop longtemps à démarrer pour emballer vraiment.

Adrien Gombeaud Lire la critique complète

20 Minutes

Excellent
Lire la critique

Gaspar Noé signe avec « Vortex » un film poignant très éloigné de son ton provocateur habituel.

Caroline Vié Lire la critique complète

La Croix

Pauvre
Lire la critique

Le sulfureux Gaspar Noé se penche sur les derniers jours d'un couple âgé et, malgré un dispositif virtuose sur le plan cinématographique, n'évite pas le piège d'une certaine complaisance morbide.

Céline Rouden Lire la critique complète

Premiere

Excellent
Lire la critique

Noé filme ces différentes évaporations, en conférant une puissance émotionnelle exceptionnelle à ses expérimentations sur le split-screen, envisageant la vie de couple comme la coexistence de deux solitudes, parfois complices, mais évoluant surtout en parallèle, chacune de son côté de l'écran.

Frédéric Foubert Lire la critique complète

L'Humanité

Parfait
Lire la critique

Ce parti pris peut ­désarçonner de prime abord, surtout quand on aime le réalisateur pour son côté sale gosse, explosif et parfois éprouvant (Climax), mais le film finit, comme le Vortex du titre le suggère, par aspirer le regard.

Cyprien Caddeo Lire la critique complète

Le Parisien

Parfait
Lire la critique

Du plus trivial naît une forme de grandiose, dans une mise en scène épurée et brillantissime, qui partage souvent l'écran en deux, elle, d'un côté, lui, de l'autre.

Parisien Le Lire la critique complète

Le Monde

Parfait
Lire la critique

Jusqu'au bout, l'inventivité de l'image met en scène la mort prochaine. Vortex transforme l'absence en tableaux contemporains. Une expérience sensorielle, totale.

Clarisse Fabre Lire la critique complète

Cinéfilic

Très bon
Lire la critique

Et s'il était moins un film sur la séparation d'un couple par la mort qu'un film sur les doutes existentiels de Noé, dans le prolongement d'une oeuvre hautement cohérente et indispensable, malgré les petits agacements qu'elle peut parfois susciter?

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Journal de Montréal

Très bon
Lire la critique

Avec ce «Vortex', Gaspar Noé livre son film le plus accessible, mais aussi le plus triste. 

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

La Presse

Très bon
Lire la critique

D'évidence, Vortex évoque une étape de la vie qu'on redoute, comme annonciatrice d'un grand saut dans le vide, mais Gaspar Noé a choisi de maintenir son regard à hauteur d'humain, sans aucun psychologisme ni aucune complaisance. Il a bien fait.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

KinoCulture Montréal

Parfait
Lire la critique

Le split screen, plus fort que sa traduction écran divisé, soulève cette dyade cinématographique car, dans le cas de Gaspar Noé, il s'agit bel et bien de principes philosophiques qu'il mène avec une terrible érudition, même lorsqu'il s'agit de se rapprocher très près de l'incontournable finitude.

Élie Castiel Lire la critique complète