acteurs

réalisateur

producteur

scénariste

studio

  • Films du Boulevard

distributeurs

  • Entract Films
  • Maison 4:3

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Bon
Lire la critique

Serré et précis, le scénario de Lavoie omet toutefois de donner un peu de chair et de profondeur aux personnages. Ceux-ci sont néanmoins incarnés avec conviction par Vincent-Guillaume Otis et François Arnaud.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Journal de Montréal

Très bon
Lire la critique

En portant à l'écran le plus grand scandale financier de l'histoire du Québec, Maxime Giroux et Simon Lavoie ont voulu offrir un divertissement grand public qui saura éveiller les consciences. On peut dire qu'ils ont réussi leur pari. 

Maxime Demers Lire la critique complète

La Presse

Très bon
Lire la critique

La mise en scène de Maxime Giroux, un cinéaste qui, après des oeuvres comme Félix et Meira et La grande noirceur, s'aventure pour la première fois dans la réalisation d'un long métrage destiné à un plus large public, est entièrement mise au service de l'histoire. Et se révèle redoutablement efficace.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Films du Québec

Bon
Lire la critique

Le film de Maxime Giroux est un produit formaté qui se regarde sans ennui, mais à qui il manque un petit supplément d'émotion et de grandeur.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Le Soleil

Très bon
Lire la critique

Dans un monde financier qui n'a rien de visuellement flamboyant, le film de Maxime Giroux crée une tension en montrant d'un autre angle une histoire qu'on croyait connaître.

Geneviève Bouchard Lire la critique complète

KinoCulture Montréal

Excellent
Lire la critique

Mais si Norbourg est réussi, c'est grâce aussi à la mise en scène hollywoodienne assumée de Giroux (et pourquoi pas, grand bien lui fasse), et bien entendu en raison de l'excellente direction photo de Sara Mishara.

Élie Castiel Lire la critique complète

Cinéfilic

Acceptable
Lire la critique

C'est à se demander si Giroux et Lavoie, qui ont toujours oeuvré au sein d'un septième art indépendant, n'ont pas voulu imiter leur sujet afin de palper un cinéma commercial et populaire en offrant exactement ce que le client demande : une production lisse et impersonnelle, pas inintéressante mais dénuée d'âme, qui embrasse volontairement les conventions pour -- c'est à espérer pour eux -- s'en mettre plein les poches.

Martin Gignac Lire la critique complète