réalisateur

producteur

scénariste

studios

  • UGC YM
  • Cofinova 7
  • Les films du 24

distributeur

  • Métropole Films Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

L'intrigue à la ligne de vie bien visible se déplie avec une ardente patience, culminant sur un vigoureux dernier acte. S'il n'en constitue pas le sommet, le film rend justice à l'oeuvre du regretté cinéaste.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

La direction photo très classique, qui montre le charme suranné de la Lande des années 20, ne devrait pas tromper le spectateur sur les intentions de Miller.

Chantal Guy Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Claude Miller a-t-il été gagné par la pesanteur de son sujet? En effet, alors qu'il est le maître de l'eau qui dort, du feu sous la glace, ce film-ci distille un ennui de bon aloi, semblable à celui d'un diner dominical dans une famille bourgeoise.

Éric Fourlanty Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Adaptation élégante et feutrée du roman de Mauriac, la Thérèse Desqueyroux que Claude Miller propose s'éloigne de celle de Franju puisqu'il a préféré raconter le récit de façon linéaire plutôt que de respecter la construction en flashback du roman.

Manon Dumais Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Claude Miller, décédé peu après le tournage, en avril dernier, était un tendre ; la férocité d'un Mauriac lui était inconnue. Mais on aime, dans ce dernier film, qu'il ait choisi à nouveau La Petite Messe solennelle, de Rossini (après La Classe de neige), pour suggérer, encore et toujours, la solitude des êtres.

Pierre Murat Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Un récit prenant, touchant de bout en bout, servi par une Audrey Tautou habitée par son personnage et un Gilles Lellouche, son mari à l'écran, à contre-emploi et remarquable. Sans oublier Francis Perrin et Catherine Arditi, remarquables eux aussi.

Alain Grasset Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Maîtrisée de bout en bout, cette Thérèse existe en propre.

Aureliano Tonet Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Evacuant la structure poussiéreuse du livre de Mauriac et jusqu'à sa morale, Miller brode les thèmes qui lui sont chers, haine de la bourgeoisie, des secrets qui l'étouffent et des conventions qui la bordent, goût profond de l'ambiguïté, passion pour l'humain.

Marie-Elisabeth Rouchy Lire la critique complète