Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

L'emploi de gros plans subjectifs indique par ailleurs au spectateur le rôle actif qu'il a à jouer dans cette illustration qui tient moins de la condamnation que de la miséricorde. Antonia Zegers est du reste épatante en nonne capable du pire.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Le cinéaste chilien oppose ici la brutalité intrinsèque des actes commis à l'environnement très policé dans lequel vivent leurs auteurs. Ce mélange donne évidemment un cocktail explosif dont le degré de toxicité atteint ici des sommets. Personne ne sera épargné dans ce jeu de massacre auquel assiste le spectateur, parfois dans l'inconfort.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Très imparfait, mais à voir tout de même... pour constater à quel point le film n'est pas passé loin d'être vraiment bon!

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Même si le jeu des acteurs impose le respect, par sa force tranquille au plus fort des tempêtes, le spectateur se voit placé dans la position inconfortable d'avoir à hiérarchiser les crimes commis par des personnages dont il sait au final peu de choses.

Nicolas Gendron Lire la critique complète

Volture

Lire la critique

 The Club isn’t really about molestation or politics so much as it is about the mysterious netherworld of guilt, shame, fear, and righteousness, and how those things sometimes become tangled together.

Bilge Ebiri Lire la critique complète

Rogerebert.com

Lire la critique

But horror ultimately gives way to irritation as the film veers into violent shock tactics and misplaced blame. What begins as a righteous indictment devolves into an unnecessary vendetta.

Odie Henderson Lire la critique complète