Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Ruefrontenac.com

Lire la critique

Impossible de ne pas faire de lien avec Le bonheur de Pierre, l'un des plus gras navet de 2009. Mais nous n'irons pas jusque là. Car ce récit éclaté a au moins la qualité de mettre en valeur la performance de Sandrine Kiberlain qui démontre son talent pour la comédie, étant à la fois attachante et insupportable dans la peau de cette Romaine gaffeuse qui multiplie les quiproquos.

Martin Bisaillon Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Dépourvu de rythme, farci de gags qui tombent littéralement à plat et de personnages de pacotille qui ont bien peu à défendre, le film d'Agnès Obadia s'avère, disons-le sans mettre de gants blancs, d'un ennui pathétique dans sa façon de jouer sur les codes du burlesque.

Normand Provencher Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Dans cette comédie légère et doucement folle, Sandrine Kiberlain est une Romaine touchante et décalée. Non sans charme, la comédienne, qui nous a habitués à un registre plus cérébral, porte sur ses frêles épaules une grande partie du film.

Anabelle Nicoud Lire la critique complète

Journal de Québec

Lire la critique

Tout considéré, Romaine par moins 30 fait parfois sourire, mais nous laisse passablement sur notre appétit.

Denise Martel Lire la critique complète

Le Devoir

Lire la critique

Cela dit, aussi raté soit le pari, il se dégage de l'ensemble un charme indéniable, qui opère par intermittence, et dont la source se trouve dans le regard ahuri et les accents comiques de Sandrine Kiberlain, irrésistible en Parisienne égarée dans un Québec sous la neige bien filmé, trop pittoresque pour être vrai cependant.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Toutefois, bien que ce conte hivernal possède une originalité certaine et une légèreté pimpante, force est d'admettre que le scénario a parfois l'air d'un morceau d'emmental. Et que dire de la finale qui nous laisse sur notre faim?

Manon Dumais Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Mariés à des dialogues sans chair ni consistance, donnant l'impression d'assister à des conversations sans grand intérêt et sonnant creux, une mise en scène et un habillage musical incohérents, une photographie terne et sans vie, pourtant signée Steve Asselin et un ton ne trouvant jamais réellement sa mesure entre drame amoureux et comédie loufoque, ces travers font de Romaine par moins 30 un film congelé qu'on ne se réchauffera pas, même pas pour un dîner de semaine.

Helen Faradji Lire la critique complète