Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Aux côtés d'une Sophie Quinton tout en sensualité triste, et de seconds rôles solides et équilibrés, Jean-Paul Rouve peine, malgré son talent, à faire vivre un personnage d'écrivain vaguement dépressif qui manque d'étoffe et d'ampleur dramatique.

Helen Faradji Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Lorsqu'il s'égare dans un burlesque dissonant, dans des raccourcis scénaristiques agaçants ou dans des artifices de narrations incongrus, on détourne nécessairement la faute sur Hustache-Mathieu, qui semble avoir cette capacité de se transformer périodiquement, alors qu'il semble pourtant en parfait contrôle, en son pire ennemi.

Guillaume Fournier Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

Somehow, the movie works. It's a smart, witty, entertaining picture that, like its muse, takes itself just seriously enough that we, the audience, want to, too. And do. Pou-pou-pi-dou.

Jeff Heinrich Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Poupoupidou est une bizarre de comédie française signée Gérald Hustache-Mathieu, qui, si l'on embarque, rappelle un peu certains longs métrages des frères Coen.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Entre thriller ironique et comédie absurde, Gérald Hustache-Mathieu fait preuve d'une inventivité scénaristique divertissante.

Olivier De Bruyn Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

Le film hésite sans cesse entre la comédie décalée et la gravité d'un polar à l'américaine. Mais le pari de Gérald Hustache-Mathieu consistant à recréer Hollywood au cœur du Jura est gagné.

Olivier Delcroix Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Dans ce film laborieux, la température extérieure est constamment en dessous de zéro. De la même façon, le scénario, qui a dû donner de sacrés maux de tête à ses auteurs, reste… froid. Un joli Meccano ne fait pas un bon film.

Pierre Vavasseur Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Ce fantasme d'Amérique, Gérald Hustache-Mathieu (dont c'est le deuxième long métrage, après Avril) l'assume lui-même avec humour. Il se prend malicieusement pour les frères Coen (dans la neige de Fargo), voire pour Otto Preminger - en esquissant une histoire d'amour virtuelle entre l'enquêteur et la disparue, comme dans Laura.

Louis Guichard Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Toutes proportions gardées, il y a du Lynch dans ce film, même si en apprenti enquêteur David Rousseau n’a pas l’irréalité de l’agent Dale Cooper. Restent cependant bien des étrangetés qui sont comme des gouttes d’acide sur un scénario par ailleurs très (trop ?) ficelé.

Gérard Lefort Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Ambiance revendiquée entre Lynch et les frères Coen pour ce film qui ne convainc jamais à force d'avoir le cul entre plusieurs genres (comédie décalée, policier, fantastique, comédie de moeurs...), sans jamais en choisir un.

Éric Libiot Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

La meilleure trouvaille de Gérald Hustache-Mathieu est d'avoir imaginé une histoire d'amour ratée entre une loque vivante et une bombe sexuelle décédée. Deux moins que rien habités par le sentiment d'imposture. Sa malice est d'avoir calqué le destin de la starlette de campagne sur celui de Marilyn Monroe. La pin-up du Jura vécut et imita Norma Jean Baker jusqu'à en mourir. Tous ces clins d'oeil sont à glaner dans ce divertissement qui n'est pas sans charme.

Jean-Luc Douin Lire la critique complète