acteurs

réalisateur

producteur

studios

  • Téléfilm Canada
  • SODEC
  • Société Radio-Canada
  • Fonds Harold Greenberg

distributeur

  • Les Films Séville

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Si Louis-José Houde convainc dans les scènes où le côté hâbleur du protagoniste recoupe celui de son personnage d'humoriste, il se montre moins à l'aise dans les passages plus dramatiques.

Georges Privet Lire la critique complète

Journal de Montréal

Lire la critique

La comédie réunit tous les ingrédients d'un succès estival.

Maxime Demers Lire la critique complète

Le Droit

Lire la critique

Certes, Menteur ne résiste pas toujours à la facilité, mais il parvient à faire de l'humour grand public distrayant. 

Yves Bergeras Lire la critique complète

Le Devoir

Lire la critique

On pourrait dire que le réalisme de Menteur est trompeur, et tant mieux. C'est sa dose de fantastique qui rend cette comédie si particulière. 

Jérôme Delgado Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Le dénouement du récit paraîtra un peu prévisible et parfois pétri de bons sentiments. Cela dit, Menteur reste un divertissement de fort belle tenue, proposé par un cinéaste maîtrisant le sens de la comédie populaire, dans le sens le plus noble du terme.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Grâce à sa formule divertissante et légère, à sa proposition encore peu vue dans le cinéma québécois et à la brève introduction au multivers qu'elle propose, cette comédie est rafraichissante comme une canette d'Orange Crush par temps de canicule. À voir dans un ciné-parc près de chez vous!

Maxime Labrecque Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

Deux ou trois passages loufoques débridés ressortent de cette comédie en demi-teintes qui n'arrive pas à faire oublier l'originalité et l'efficacité des De père en flic

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Et au final, Gaudreault et ses coscénaristes Sébastien Ravary et Eric K. Boulianne n'ont pu résister à l'envie du prévisible tout est bien qui finit bien, sans conséquence. En ouvrant toute grande la porte à une suite.

Éric Moreault Lire la critique complète