réalisateur

scénariste

studios

  • Ce Qui Me Meut Motion Pictures
  • Studio Canal
  • France 2 Cinéma

distributeur

  • AZ Films

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Une oeuvre imparfaite mais attachante, qui se veut une sorte d'état des lieux de la France de Sarkozy marquée par les délocalisations massives.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

Ma part du gateau not only fails to rise to its leftist politics, it mixes up the ingredients. For his 10th feature, Klapisch can't seem to decide what he's making: a romantic comedy, a social drama or a family tragedy.

Jeff Heinrich Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

De cette rencontre inusitée entre deux personnages dont les valeurs se situent aux antipodes, Cédric Klapisch tricote une petite fable anticapitaliste plutôt caricaturale, remplie de bonnes intentions, mais incapable de tenir la route jusqu'au bout.

Normand Provencher Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Hélas! Même si Klapisch évite de nous faire la morale à coups de "l'argent ne fait pas le bonheur", on ne peut pas dire qu'il pèche par subtilité.

Manon Dumais Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

France devient femme de ménage de Steve, et leur cohabitation orageuse est une des plus belles réussites de Klapisch, qui traverse avec une aisance romanesque et une énergie vitale électrisantes les genres et les horizons du cinéma.

Marie-Noëlle Tranchant Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Trente minutes d'exposition, en scènes allant de l'un à l'autre, de l'autre à l'un, et réciproquement. J'ai tout bien compris, merci. Mais avec un début moins long, j'aurais également.

Éric Libiot Lire la critique complète

L'Excessif

Lire la critique

Ma part du gâteau est un film sinueux qui trompe les attentes et joue la carte de l'irréalisme pour parler de la réalité.

Romain Le Vern Lire la critique complète

Métro

Lire la critique

Ma part du gâteau est tellement inabouti qu’on n’en retient rien, ni motif ni morale.

Jennifer Lesieur Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Klapisch passe trop vite sur ces motifs (par peur ?), préférant miser sur une colère sociale, surjouée à la fin, avec tous ces ouvriers rassemblés pour soutenir une « France » devenue hors-la-loi.

Jacques Morice Lire la critique complète