Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

De l'aveu même du réalisateur, il est inspiré de la trame narrative de The Searchers de John Ford. Mais le chef-d'oeuvre de Ford, qui justifiait le fait de centrer l'intrigue sur des héros masculins, partis à la recherche des victimes d'un enlèvement par une tribu commanche, laissait tout de même une certaine place aux personnages féminins.

Jean Beaulieu Lire la critique complète

Médiafilm

Lire la critique

Or, cette décision de ne pas explorer les fondements de la radicalisation de certains jeunes risque d'en décevoir plus d'un.

Olivier Lefébure Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Les cowboys est un film prenant et singulier, un exemple ce qui se fait encore, parfois, de mieux de l'autre côté de l'Atlantique. Notamment en raison de la force de l'écriture cinématographique et de l'originalité du récit - on est loin de la recette toute faite. À ne pas manquer.

Éric Moreault Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Les deux personnages servant de piliers au film, à la fois différents et très complémentaires, sont il est vrai superbement incarnés par François Damiens (dans un contre-emploi idéal en homme fort brisé par le destin) et par le jeune Finnegan Oldfield (déjà vu dans l'excellent Bang Gang), parfait en ado effacé devenant un homme apaisé par le biais d'un parcours qui ne l'est pas vraiment.

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Les cowboys n'est pas sans intérêt et mérite un visionnement.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Voilà un film français qui, a posteriori, finit par être nourrissant. Il débute pourtant en faisant grincer des dents.

Éric Clément Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Sur le papier, pourquoi pas ? Les mythes sont là pour être actualisés et mutés. Mais, justement, le film ne décolle jamais vraiment de son papier, du scénario.

Clément Ghys Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

On peut reconnaître à Thomas Bidegain une incontestable ambition, mais le traitement de ce sujet politique n'est pas totalement abouti, malgré la remarquable interprétation.

Alain Grasset Lire la critique complète