réalisateur

studios

  • Chockstone Pictures
  • Inferno Entertainment
  • Nick Wechsler Productions

distributeur

  • Les Films Séville

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Motifs empruntés, intrigue invraisemblable, enjeu amoureux inopérant, interprétation inégale, l'ensemble apparaît, au-delà du luxe de sa production, fauché et avare d'imagination.

Médiafilm Lire la critique complète

Cinema Blend

Lire la critique

Director Andrew Niccol, fresh off yet another intriguing sci-fi world bogged down by dull story in In Time, yet again shows his skill for building up a world and then doing almost nothing with it.

Katey Rich Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Capable de beaucoup mieux, le réalisateur Andrew Niccol soigne sa mise en scène, mais on le sent coincé et peu à l'aise à manoeuvrer dans cet univers réducteur et simpliste (on est très loin de l'intelligence et de la complexité de Gattaca).

Pascal Grenier Lire la critique complète

Joblo.com

Lire la critique

 It's too bad that the lousy climax and too many thoroughly dopey characters (with dopey dialogue) muss it up.

Chris Bumbray Lire la critique complète

Panorama-Cinéma

Lire la critique

En son genre, le résultat final s'avère suffisamment fonctionnel, défendu adéquatement par une Saoirse Ronan plus habitée que Kristen Stewart ne l'a jamais été, donnant la réplique à un William Hurt et une Diane Kruger tout aussi convainquants.

Jean-François Vandeuren Lire la critique complète

Rolling Stone

Lire la critique

Meyer's 2008 bestseller has its moments; the movie has fewer, owing to director Andrew Niccol's bizarre decision to drag things out. Ever. So. Slowly.

Peter Travers Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

En somme, le récit de Stephenie Meyer, adapté par Andrew Niccol qui signe à ce jour sa pire réalisation, laisse une bonne idée de ce qu'aurait pu donner un roman Harlequin imaginé par L. Ron Hubbard.

Alexandre Duguay Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Au final, Les âmes vagabondes s'adresse précisément à un public adolescent, friand de ces amourettes frivoles qui font rêver, mais pour tous ceux qui, comme moi, auraient dépassé l'âge de la majorité, petit conseil : investissez votre budget ailleurs ce week-end.

Véronique Harvey Lire la critique complète

Worst Previews

Lire la critique

A story of sacrifice, redemption, and little, squiggly, glowing life forms, it's all still kinda-sorta B-grade hogwash, but it's eloquent, B-grade hogwash. Sometimes, in this genre, that's more than enough.

Dustin Putman Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

La problématique étant abordée avec une superficialité constante, les espoirs que nous portions dans le film s'effondrent à vue d'oeil. Andrew Niccol continuant à jouer les tâcherons plutôt talentueux, il parvient tout de même à sauver l'ensemble de la catastrophe. Mais il s'en est fallu de très peu!

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Son propos est de plus visuellement très bien servi par la direction photo de Roberto Schaefer et par le fait que les effets spéciaux aient été tenus au minimum (excellente idée dans un film à budget modeste tel que celui-ci).

Sonia Sarfati Lire la critique complète

The Hollywood Reporter

Lire la critique

This mostly dreary futuristic romantic drama will separate die-hard Stephenie Meyer fans from tag-alongs.

Todd McCarthy Lire la critique complète