réalisateur

producteur

studio

  • Film Camera Oscura

distributeur

  • Funfilm Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Huit ans après Un capitalisme sentimental, Olivier Asselin revient avec une oeuvre encore plus ambitieuse, mélange fascinant de film d'espionnage, de romance et de thriller scientifique, librement inspiré de faits historiques.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Panorama-Cinéma

Lire la critique

Au final, Le Cyclotron est un film de cinéphile pour les cinéphiles, une langoureuse lettre d'amour au cinéma de l'âge d'or dont chaque détail est conçu avec un soin déférent, du moindre effet de pellicule égratignée jusqu'aux nobles airs arborés par chacun des personnages.

Olivier Thibodeau Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Avec ses allures d'un épisode de la Quatrième dimension, Le cyclotron est une sorte de conte philosophique rondement mené, surprenant et à la conclusion absolument charmante qui bénéficie des éclairages et des caméras de la direction de la photographie de Mathieu Laverdière.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Cela dit, ce film inclassable reste un très bel objet sur le plan esthétique. Dommage qu'il se laisse seulement admirer à distance.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Dans l'ensemble, Le cyclotron parvient à la fois à rendre hommage tout en étant une oeuvre unique. Le cinéma qui ose et qui se distingue étant rare au Québec, il est important de célébrer les films qui réussissent ce pari.

Olivier Maltais Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

Le dosage adroit d'images d'archives ou fictionnelles donne également à ce portrait d'une époque plongée dans le chaos des allures de « thriller » épique. Voilà pour Asselin un quatrième long métrage qui confirme son statut fièrement à part dans la production québécoise. À voir.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Dans un lieu clos filant à toute allure vers une issue qui pourrait altérer le cours des choses, la folle épopée devient le creuset où convergent des questionnements intimes sur l’amour, la trahison, la crainte envers l’avenir, ou encore sur l’aspect aléatoire de la vie.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète