Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

En outre, l'objectivation du corps féminin apparaît plus que gratuite dans le contexte. Sur le plan de la réalisation par contre, la fulgurance de certaines séquences oniriques est indiscutable, de même que le jeu sur les couleurs des tableaux impressionnistes de Madame Luce, incarnée avec truculence par l'Américaine Elina Löwensohn, seul personnage un tant soit peu consistant du film.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Laissez bronzer les cadavres se doit d'être vu sur grand écran, le volume a en percer les tympans et préférablement le soir, tard. Assurément LE midnight movie de l'année!

Guillaume Potvin Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Le duo Hélène Cattet-Bruno Foorzani adapte un roman noir de Jean-Patrick Manchette en abusant de références et d'effets de réalisation.

Mathieu Macheret Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Techniquement maîtrisé, «Laissez bronzer les cadavres» se borne à réciter avec fétichisme les images de glorieux aînés, sans rien leur insuffler.

Marcos Uzal Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Le film, tiré d'un polar des années 1970, est fidèle aux idées radicales de l'écrivain de gauche Jean-Patrick Manchette et bénéficie des obsessions stylistiques de ses réalisateurs, sur le son et l'image notamment.

Michel Valentin Lire la critique complète