réalisateur

producteur

studio

  • Office National du Film (ONF)

distributeur

  • Office National du Film (ONF)

Liens

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Sans rentrer dans les détails intimes, le cinéaste parvient à composer un portrait global, profond et riche des enjeux qui se nouent durant ce difficile passage. Empreint de tendresse et d'empathie, dépourvu de toute trace de complaisance ou de condescendance, le film avance au gré de plans-séquences étonnants, dévoilant au final un portrait aussi intime qu'universel.

Helen Faradji Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

(...) Jean-François Caissy propose un documentaire où il expose les méandres de l'adolescence en suivant les jeunes d'une école secondaire. Un sujet ardu, ne serait-ce que du fait d'avoir été souvent exploré par le passé. On se réjouit donc de le voir relever le défi avec classe.

André Duchesne Lire la critique complète

Panorama-Cinéma

Lire la critique

La marche à suivre a l'allure des grands documentaires. Non content de déformer une réalité qui ne pourrait que lui échapper, il creuse un angle, maçonne une meurtrière, s'y installe et observe patiemment ses sujets : les adolescents en perdition d’une école secondaire de Gaspésie. 

Mathieu Li-Goyette Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

La marche à suivre se démarque des codes du documentaire dictés par nos chaînes de télévision. Une simplicité du traitement qui se trouve sublimée par un travail de mise en scène d'une grande force esthétique.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Canoë

Lire la critique

Le résultat est fascinant, les adolescents filmés se livrant sans censure à la caméra du réalisateur. Et c'est également un superbe hommage aux intervenants des écoles secondaires, employés de l'ombre dont on a tendance à occulter la qualité du travail.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Quand s'arrête La marche à suivre, nous avons le sentiment précieux d'avoir appris beaucoup de choses, de nous être rapprochés, intimement presque, de ces «mutants » dont les gestes nous échappent si facilement. Et alors on se dit que ce film singulier est décidément trop court et qu'on aurait voulu fréquenter davantage ces petits Gaspésiens que Jean-François Caissy a su si bien filmer.

Robert Daudelin Lire la critique complète