Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

L'animation atteint un bon niveau de qualité tandis que la réalisation se révèle ingénieuse. Efficace pour les premiers rôles, le travail vocal s'avère cependant inégal pour les seconds.

Médiafilm Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Le film s'adresse aux jeunes qui fréquentent l'école primaire et la réalisatrice a fait le pari que les adultes retrouveront leur coeur d'enfant. Ceux-ci risquent toutefois de trouver le déroulement un peu monotone et de tiquer sur l'aspect saccadé de l'animation.

Éric Moreault Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Malgré ses qualités, La légende de Sarila ne se démarque malheureusement pas du lot des films d'animation qui nous arrivent chaque année. Mais la chanson-thème, interprétée par la toujours suave Elisapie, nous restera dans la tête longtemps.

Josée Lapointe Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Il manque cependant de la magie et de la poésie à ce conte réalisé par Nancy Florence Savard pour transcender stéréotypes et lieux communs et pour lui apporter quelque chose d'unique. S'il y a une suite, elle sera probablement différente. C'est à souhaiter.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Certes, les tout-petits seront bien servis avec les quelques éléments disneyens, tels ces mignons chiens de traîneau et ce petit lemming attachant. Les plus grands finiront par trouver le temps long tant les embûches finissent par se ressembler

Manon Dumais Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

On espérait un peu plus de poésie tirée des légendes inuites et un peu moins d'action, juste histoire de montrer que notre imaginaire est différent de celui des américains… Sur ce plan hélas, La légende de Sarila passe tout droit à trop vouloir faire « à la manière de ».

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Le parcours initiatique est pourtant répétitif et lassera certains spectateurs plus adultes. La stéréoscopie n'apporte que très rarement d'intérêt supplémentaire à cette oeuvre imparfaite.

Luc Chaput Lire la critique complète