réalisateur

studios

  • France 3 Cinéma
  • Fandango
  • Le Pacte
  • Sacher Film

distributeur

  • Les Films Séville

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

La mise en scène de métier, expressive sans être ostentatoire, maximise avec intelligence l'impact des situations et des décors. À l'inverse, le montage un peu cassant romp parfois le charme.

Martin Bilodeau Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

À défaut d'être profond, Habemus Papam, plus récent film de Nanni Moretti, est très amusant. Parfois même touchant.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Dans cette incursion tendre, amusante et pleine de finesse dans les coulisses du Vatican, se dessine en filigrane une critique de l'Église catholique ne manquant pas de mordant.

Manon Dumais Lire la critique complète

Journal de Québec

Lire la critique

Mais la grande force du film est la performance magistrale de Michel Piccoli. Souverain dans la peau d'un homme rongé par le doute, l'acteur français de 86 ans livre un pape crédible, physiquement et psychologiquement.

Cédric Bélanger Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Un film à la fois grave et léger, et surtout une oeuvre subversive, éminemment politique. Tout à fait ce dont nous avons besoin en ce moment sur les écrans...

Appoline Caron-Ottavi Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

Moretti leaves all these questions unanswered, and maybe that's the point; His ways are not for us to divine. Habemus Papam plays like a mild revenge fantasy (Moretti, an atheist, was refused access to film inside the Vatican) about silly old men who are out of touch with reality, insulated by secrecy and privilege.

Jeff Heinrich Lire la critique complète

Hour

Lire la critique

It's fascinating to get such access, even through the prism of fiction, and Nanni Moretti finds ample drama and humour in the proceedings, which don't go as planned in his film.

Kevin Laforest Lire la critique complète

The Hollywood Reporter

Lire la critique

Nanni Moretti's tender, funny and timely Vatican romp entertains, but lacks the director's customary bite.

Deborah Young Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Grâce à ce Saint Père des acteurs, qui réussit à disparaître, à effacer tout repère de jeu, Moretti parvient en tout cas à créer quelque chose d'inédit : de l'art en creux.

Jacques Morice Lire la critique complète

L'Excessif

Lire la critique

Il y a aussi du Fellini dans cette farce où Moretti se moque de lui-même (a-t-il encore la foi en ce qu'il raconte, comme cinéaste?) et parle de la religion comme de la mort du monde du spectacle. Il ne faut pas en mésestimer le versant tragique: une réflexion plus profonde qu'il n'y paraît sur la perte de la spiritualité dans un monde où chacun essaye de dominer, de prendre le pouvoir, de se vendre ou de passer pour une référence sans en avoir les compétences.

Romain Le Vern Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Habemus papam raconte un homme qui se cherche et le film lui-même se cherche. Il faut reconnaître à Moretti d'assumer ces errements-là. Tout autre cinéaste aurait foutu son film en l'air. Moretti, habile jongleur et adepte du salto, est juste en équilibre. Tout juste. Amen.

Éric Libiot Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Le schéma d'un dialogue d'attention mutuelle entre un Moretti psychanalyste et son sujet de pape Piccoli - récitant de tête la Mouette de Tchekhov mais incapable d'endosser la robe, donc le costume et le rôle qui lui est alloué - ne laisse entrevoir qu'une partie seulement du pouvoir de fascination que déploie le film : sa causticité passe-muraille.

Philippe Azoury Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Nanni Moretti signe l'un de ses plus beaux films, une œuvre drôle et profonde, d'une grande intelligence.

Marie Sauvion Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

Tout cela est fort saugrenu, assez filandreux, pas toujours convaincant, mais ce mélange d'errance dépressive et de burlesque inquiet dit quelque chose sur une société sans repères, qui a ruiné tout sens de l'autorité véritable, incapable de penser le pouvoir comme un service et de sortir d'un narcissisme lymphatique pour considérer le bien commun. Si la fable n'est pas toujours pertinente, la réflexion est intéressante.

Marie-Noëlle Tranchant Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Avec Habemus papam, Moretti n'a jamais plané à des sphères si élevées.

François-Guillaume Lorrain Lire la critique complète