réalisateur

scénariste

studios

  • Idéale Audience
  • Zero One Film
  • N279 Entertainment
  • Arte France cinéma

distributeur

  • Eye Steel Film

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Une métaphore puissante, intemporelle, qui compense pour les apparitions un peu faciles, à la limite de la caricature, de Napoléon et Marianne dans les salons et allées du Louvre.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Le film a la beauté et les incohérences d'un essai expérimental. Il a le mérite de parler de mémoire, d'héritage et d'hommes qui se sont dépassés pour la gloire de l'art. La narration, empreinte d'âme russe, part parfois dans tous les sens, mais conserve un certain lyrisme.

Éric Clément Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Après le surréaliste et presque wagnerien Faust, Sokourov poursuit sa quête esthétique en l'agrémentant, cette fois-ci, d'une vision plus accessible de l'Histoire, appuyant même l'allégorie politique d'une Europe, sans doute vieille, mais malgré les obstacles, pronfondément enracinée et unie.

Élie Castiel Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

L'opus est riche de sens malgré son opacité et chacun y verra ce qu'il veut : que l'Art survit aux pires atrocités grâce à la dévotion de grands Hommes; que l'Histoire n'est bien souvent qu'un soupir éphémère qui s'amalgame à ces pixels d'ordinateur; que l'intime est indissociable de l'artistique et du politique; que la création se fait généralement à coup de patience et de tâtonnement.

Martin Gignac Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Francofonia semble être à la fois le film de Sokourov le plus accessible et le plus difficile à classer. 

Elijah Bukreev Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Il y a en effet ce que Francofonia voudrait être, une sorte de méditation transhistorique (...) Et puis, il y a ce que Francofonia est en réalité. 

Jacques Mandelbaum Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Entre passé et présent, le Russe s’égare dans sa passion pour la vieille culture patrimoniale.

Clémentine Gallot Lire la critique complète