réalisateur

studios

  • Les Films des Tournelles
  • Pathé Entertainment
  • Les Films de Beyrouth
  • France 2 Cinéma

distributeur

  • Métropole Films Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Bien qu'elle n'ait pas bénéficié d'un important budget, Labaki signe une mise en scène pleine d'aisance, qui se distingue jusque dans ses numéros de comédie musicale impromptus, d'un kitsch assumé.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Kitsch? Un peu. Mais d'un kitsch parfaitement maîtrisé servant à mieux faire comprendre la tragédie et le propos

Aleksi K. Lepage Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Ce que le film n'arrive surtout pas à faire, c'est d'implanter un ton assez cohérent pour amarrer le mélodrame au portrait inégal de la rage sectaire (et des sacrifices nécessaires pour l'étouffer); Labaki n'atteint ni la gravité ni l'allégresse alternative qu'elle cherchait. Avant de se demander où l'on va, il faudrait d'abord comprendre comment on en est arrivé là.

Serge Abiaad Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Fort d'une ouverture d'un lyrisme bouleversant, Et maintenant on va où? se décline en une suite de scènes tour à tour cocasses, burlesques, tragicomiques et dramatiques auxquelles les intermèdes "enchantés" se greffent avec une maladresse sympathique.

Manon Dumais Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

On sent le drame sourdre, mais enterré sous un humour irrésistible. Comme Caramel, premier long-métrage de Nadine Labaki qui manie aussi bien le stylo qu'une caméra. Avec Caramel, on aurait pu croire à un coup de chance. Maintenant, on en est sûr : elle est douée. 

Christophe Carrière Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Il suffit de dire que la montée finale vers cette conclusion renversante finit de donner à Et maintenant on va où ? une vigueur que l'on souhaite à tous les films qui naîtront dans la région après le printemps.

Thomas Sotinel Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

Optimiste malgré tout, Nadine Labaki évite le pathos et signe une fin surprenante où l'imagination des femmes semble sans limite.

Jean-Luc Wachthausen Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Mannequins russes, faux miracles, recettes diverses... ces formidables bonnes femmes héritières d'Aristophane - c'était déjà l'argument de sa pièce Lysistrata - ne reculent devant rien, et Labaki, dans cette fable politique, fait preuve d'inventivité, de fraîcheur et d'une ironie mordante.

François-Guillaume Lorrain Lire la critique complète