réalisateur

producteur

studios

  • Why Not Productions
  • France 2 Cinéma

distributeur

  • Funfilm Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

 Divisé en chapitres, ponctué de nombreux allers-retour dans le temps et de passages oniriques, le récit est servi par une mise en scène maîtrisée et fluide, où on reconnaît aisément la signature du réalisateur de Rois et reine. 

Manon Dumais Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Un soupçon de nostalgie émane aussi de ce très beau film, qui évoque à la fois les espoirs et les désillusions liés à une époque charnière de la vie de chaque individu.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Cette réalisation est tout au service des dialogues brillants et humoristiques, et attentive à ses acteurs, très justes. Le registre de jeu de Quentin Dolmaire évoque tellement celui d'Amalric que c'en est confondant. 

Éric Moreault Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Cela fait de Trois souvenirs de ma jeunesse une des plus belles histoires d'amour de l'année. Un peu long et répétitif, le récit n'en demeure pas moins d'une délicatesse rare dans sa façon de mélanger légèreté et gravité, passion et liberté.

Martin Gignac Lire la critique complète

Cinémaniak.net

Lire la critique

Séparé en trois parties (en plus d'un prologue et un épilogue) ces Trois souvenirs de ma jeunesse sont des portraits somme toute touchants, quoiqu'inégaux par moment (autant en qualité qu'en durée), de parcelles de vie adolescente. Les sauts dans le temps entre les époques et les événements sont franchement réussis et mettent la table à un ensemble de souvenirs marquants pour le Dedalus aujourd'hui d'âge mûr.

. Cinémaniak Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Avec Trois souvenirs de ma jeunesse, jalon majeur de cet éternel work in progress, il avance, il élague, il peaufine. Et signe un film-somme qui, au-delà de son sujet et de son récit, clame à chacune de ses images qu'aujourd'hui encore, le cinéma est bel et bien vivant.

Arnaud Desplechin Lire la critique complète