réalisateur

scénariste

studios

  • Les Films Pelléas
  • Hérodiade

distributeur

  • Funfilm Distribution

Bande-annonce & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Quelques touches d'humour allègent un récit économe, à l'écriture précise, qui n'évite toutefois pas certains flottements sur le plan psychologique. La réalisation attentive, introspective, est tout au service d'un trio d'interprètes très relevé.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Pas trop, car Axelle Ropert, ex-critique cinéma, prend les attentes du spectateur à contre-pied. De ce triangle amoureux, tricoté avec précision et respect des codes traditionnels, elle fait jaillir des étreintes inattendues.

Céline Gobert Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

De plus, l'immense empathie de la cinéaste (qui signe aussi le scénario) pour ses personnages au centre de ce triangle amoureux est palpable d'une scène à l'autre. Ils sont tous très bien joués par ces trois interprètes débordant de talent et de justesse.

Luc Boulanger Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Gémellité et solitude, noblesse et sacrifice accompagnent cette déambulation d'une sourde gravité qu'un trio d'acteurs d'une dignité parfaite achève de ciseler.

Sophie Grassin Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Une extrême sensibilité voilée d'élégance : c'est ce qui séduit dans la chronique de ce triangle amoureux, qui mêle action et rêverie, en s'appuyant sur la facture littéraire des dialogues. La joie et la tristesse vont de pair, le ­bonheur des uns faisant le malheur des autres.

Jacques Morice Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

La réalisatrice, Axelle Ropert, a l'art de faire circuler l'émotion et l'humour avec une légèreté aérienne, à travers un dispositif de mise en scène qui joue subtilement des lieux et des moments. 

Marie-Noëlle Tranchant Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Voilà le cas typique du film d'auteur français qui pense mais qui ne réfléchit pas. Qui croit dire des choses mais qui brasse du vide. En deux mots comme en cent, qui ennuie

Christophe Carrière Lire la critique complète