Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Du coup, In Darkness perd de sa force dramatique et symbolique, malgré une réalisation robuste, évocatrice, souvent étouffante, et une distribution convaincante, dominée par Robert Wieckiewicz, intense dans le rôle du complexe et ultimement attachant Leopold Socha.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Agnieszka Holland a heureusement choisi la sobriété, que ce soit pour nous montrer l'horreur, la tragédie ou les bons sentiments.

Pascale Gauthier Lire la critique complète

Joblo.com

Lire la critique

Holland takes a minimalist approach to the drama, with the film being almost entirely without a musical score, and the melodrama kept to a minimum. The story is so inherently powerful that nothing artificial is needed, nor used in the film- giving it a docu-drama feel that makes the film feel bold and fresh.

Chris Bumbray Lire la critique complète

Rolling Stone

Lire la critique

In Darkness is an agonizing experience, especially when Jews are publicly humiliated in the streets and a driving rainstorm nearly drowns those cowering in the depths. Holland means to shake you. In Darkness has the power to haunt your dreams.

Peter Travers Lire la critique complète

Hour

Lire la critique

By taking to the sewers, Holland has crafted a frank, honest look at humanity’s ugliest period.

Joseph Belanger Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

In Darkness parvient à innover en parlant d'un des sujets les plus vieux du septième art. Tout simplement puissant.

Martin Gignac Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Agnieszka Holland aura aussi eu l'intelligence de tourner son film avec des acteurs polonais et allemands, qui utilisent leur langue d'origine. Sous terre distille ainsi des accents de vérité qui ne pourraient s'inventer autrement.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Si le récit s'essouffle par instants, jamais la tension ne s'estompe grâce à la caméra nerveuse scrutant l'obscurité, laquelle semble englober personnages et spectateurs dans le même espace asphyxiant.

Manon Dumais Lire la critique complète