Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

S'appuyant sur un montage chirurgical et des décors angoissants, sa réalisation vigoureuse, inventive et sur le fil, oppose savamment les faits avérés et les passages fantasmés issus de l'esprit tourmenté du policier perturbé, qui confond réalité et mensonge.

André Caron Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

We stay with it mostly due to the performance of DiCaprio in the complex part of a troubled man being drawn further into a world he can't understand. It's a tricky role, but the innocence is finally leaving DiCaprio's baby face, and the anger and the exhaustion seem real.

Jay Stone Lire la critique complète

Cinema Blend

Lire la critique

Shutter Island puts all of the director's considerable talents to use in one film, harkening back to old school suspense thrillers like the work of Hitchcock while incorporating the new ideas of modern movie magic. Thought-provoking and surprising at every turn, Shutter Island isn't to be missed.

Josh Tyler Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Et c'est sans doute la plus grande qualité de Martin Scorsese : diriger ses acteurs de façon à créer le doute, la confusion. L'atmosphère dans Shutter Island est saturée de doutes, de claustrophobie, de peurs, d'aliénation.

Sylvie St-Jacques Lire la critique complète

Ruefrontenac.com

Lire la critique

Cela dit, malgré ses nombreuses qualités, Shutter Island n'est pas non plus un film marquant et ne figurera jamais parmi les incontournables de l'oeuvre de Scorsese. Il faut donc prendre ce film pour ce qu'il est : un excellent thriller, efficace, captivant et fort bien ficelé. C'est déjà beaucoup.

Maxime Demers Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Empruntant d'abord au film noir classique, par ses contre-plongées déstabilisantes, ses flash-backs hantés et ses clairs-obscurs d'où peut sans cesse surgir le danger, sa mise en scène vient aussi s'enrichir d'efficaces et élégants effets empruntés au thriller et à l'épouvante sans toutefois perdre son identité.

Helen Faradji Lire la critique complète