réalisateur

scénariste

studios

  • Lucasfilm
  • Walt Disney Pictures

distributeur

  • Walt Disney Pictures Canada

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Bref, malgré une durée excessive (certaines scènes de bataille tirent en longueur), la mise en scène au souffle épique de Gareth Edwards, les décors exotiques et le troisième acte mémorable, riche en rebondissements, contribuent à faire de ce volet l'un des plus satisfaisants de la série.

Georges Privet Lire la critique complète

Panorama-Cinéma

Lire la critique

Pour autant que l'on daigne considérer ce que son mythe fondateur peut encore nous apporter, Rogue One, malgré quelques bévues évidentes et un rythme parfois trop assujetti à son projet narratif, accomplit pleinement sa mission : celle de dire qu'en dessous des tyrans il y a toujours des rebelles, qu'au-dessus des rebelles il y a toujours des tyrans.

Mathieu Li-Goyette Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Rogue One est un exemple de réussite. Le film est évidemment destiné aux fans déjà conquis de la série, mais il est en soi une réalisation impeccable.

Antoine Bordeleau Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

En prenant ses distances avec les Stars Wars précédents, Rogue One donne un peu d'oxygène à une série trop souvent sur le pilote automatique. Ce ne sera toutefois pas suffisant pour séduire ceux que les aventures intergalactiques indiffèrent.

Éric Moreault Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Malheureusement, le développement narratif n'est pas aussi convaincant, les enjeux politiques sont relativement simplistes, les personnages ne sont pas assez développés, la résurrection numérique d'un personnage majeur de l'épisode IV est aussi ridicule que moralement troublante… mais Gareth Edwards s'en sort plutôt bien et le résultat est plutôt plaisant en raison de son talent pur.

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Avec Rogue One, l'univers de Lucas s'étend, se raffine, mûrit, tout en demeurant fidèle à l'original. C'est là tout le génie des studios Disney et LucasFilms, celui de savoir adapter la recette de base pour plaire à la fois aux anciens et aux nouveaux fidèles. Reste à savoir pendant combien de films ils pourront étirer cette sauce avec autant de succès.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Bref, on a seulement envie de souffler «Encore!» lorsque s'amorce le générique.

Sonia Sarfati Lire la critique complète

The Wrap

Lire la critique

If you’re not delighted by inside-baseball references to Episode IV, this saga offers little else.

Alonso Duralde Lire la critique complète

Rogerebert.com

Lire la critique

Its conclusions are more nuanced than you might expect.

Matt Zoller Seitz Lire la critique complète

Cinema Blend

Lire la critique

Can new Star Wars titles remain beholden to what made the classic films great, while simultaneously developing unique and special narratives? Gareth Edwards' Rogue One: A Star Wars Story proves that the answer to this question is an unequivocal 'Yes.'

Eric Eisenberg Lire la critique complète

The Hollywood Reporter

Lire la critique

This is the first Star Wars feature not to be graced by an original John Williams score.

Todd McCarthy Lire la critique complète

Variety

Lire la critique

Godzilla director Gareth Edwards makes the first Star Wars movie targeted directly at adult fans of the original, a gritty war movie with few kid-friendly ingredients.

Peter Debruge Lire la critique complète

Rolling Stone

Lire la critique

Story of a young woman and her rebel band stealing plans for the Death Star perfectly captures that original-trilogy magic.

Peter Travers Lire la critique complète

Joblo.com

Lire la critique

Overall, I had a terrific time with Rogue One, and, fans forgive me, I think it might even be a shade better than The Force Awakens. You all are going to love it!

Chris Bumbray Lire la critique complète

Volture

Lire la critique

I found the first two-thirds of Rogue One pretty bad, but I have to admit that the last part caught me up and left the preview audience jazzed.

David Edelstein Lire la critique complète