réalisateur

scénariste

studio

  • Metafilms

distributeur

  • K-Films Amérique

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Feutrée et d'une proximité croissante, la mise en scène témoigne d'un parti pris pour la durée et ne recourt aux coupes et aux ellipses qu'avec parcimonie. Sans attirer indûment l'attention sur elle, la lumière de Mathieu Laverdière contribue à forger une atmosphère à la fois naturaliste et hors du temps. Sans pudeur et avec un sens de l'abandon admirable, Catherine de Léan et Dimitri Storoge livrent des performances d'une grande vérité.

François Lévesque Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Un huis clos entre deux acteurs inspirés. Une proposition cinématographique décalée, exigeante, fascinante, parfois maladroite et irritante, à la frontière du théâtre, d'une langue soutenue et d'une densité littéraire que l'on retrouve peu souvent au grand écran... et qui risque de diviser de manière franche les cinéphiles.

Marc Cassivi Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

Nuit #1 is guaranteed to divide audiences and I'm just fine with that. In fact, that's one of the reasons I so like the first feature from provocative writer-director Anne Émond.

Brendan Kelly Lire la critique complète

Hour

Lire la critique

A dour variation on Michel Deville's Nuit d'été en ville, this debut feature from local filmmaker Anne Émond is a chore to sit through, even though it's adequately crafted and de Léan is occasionally affecting.

Kevin Laforest Lire la critique complète

Canoë

Lire la critique

Nuit #1 mise sur un scénario d'une grande richesse, où les mots, de même que les maux de la jeunesse, prennent toute la place. Le ton, théâtral, agace par moments, mais il se dégage une telle sincérité de l'exercice qu'on passe l'éponge.

Cédric Bélanger Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

Anne Émond apporte avec son Nuit #1 un éclairage important sur sa génération et met en lumière des problèmes de société qui demeurent tabous. Un premier film fort et courageux, un cri dans une nuit numéro un qui reste en mémoire et qui fait réfléchir.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Surprenant premier film qui donne une place prépondérante à la langue française, Nuit #1 est un magnifique huis clos superbement interprété par deux comédiens de talent. Un voyage au bout de la nuit sur la quête de repères d'une jeunesse perdue.

Martin Gignac Lire la critique complète

Panorama-Cinéma

Lire la critique

Il y avait déjà, dans le court métrage Sophie Lavoie de 2009, cette sensible simplicité qui confère toute sa puissance à Nuit #1, premier long métrage d'Anne Émond dont on peut d'ores et déjà dire qu'il confirme le statut de la jeune réalisatrice en tant qu'auteure à part entière du paysage cinématographique québécois contemporain.

Alexandre Fontaine Rousseau Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Nuit #1 compte parmi nos films québécois préférés de l'année. On lui souhaite quelques nominations à la prochaine cérémonie des Jutra.

Normand Provencher Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Ainsi, ce n'est pas le sexe montré crûment, à l'instar du sombre mais néanmoins porteur d'espoir Demain de Maxime Giroux, que l'on retiendra de Nuit #1, mais bien les douloureuses confessions que capte frontalement Émond, qui privilégie de longs plans et un montage discret dans cet âpre huis clos.

Manon Dumais Lire la critique complète