Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Sylvester Stallone tente de redonner leurs lettres de noblesse aux super-mâles des années 1980 dans cette série B vieille école, débile et mal cousue.

Médiafilm Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

De toute évidence, Stallone s'est fait plaisir en allant chercher tout ce que Hollywood compte de gros bonhommes et d'old action hero, incluant Bruce Willis et Arnold « The Governator»  Schwarzenegger, qui lui font l'honneur d'une rencontre au sommet, le temps d'une courte scène, dans une... église. On n'a pas parlé de rhumatismes et de problèmes de dysfonction érectile, mais pas loin...

Normand Provencher Lire la critique complète

The New York Times

Lire la critique

As a whole, the movie, whose title dimly evokes They Were Expendable, a 1945 John Ford combat picture starring John Wayne and Robert Montgomery, might more aptly be described as Bad Kurosawa, Bad Peckinpah or Bad Leone. Which might be a way of saying that it's better-than-average Stallone. I can't quite say that it's not bad: it is bad! But not entirely in a bad way.

A. O. Scott Lire la critique complète

Variety

Lire la critique

Stallone impressively assembles a never-before-seen tough-guy lineup the likes of which B-movie fans should feel compelled to witness firsthand. Though the muddled execution falls far short of the talent involved, the Lionsgate release is loud and explosive enough that sequels will likely follow.

Paul Debruge Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

L'idée de départ a du génie, sauf qu'il fallait sans doute un certain savoir-faire pour ne pas l'épuiser au bout d'une demi-heure. Reste toujours le plaisir de rigoler avec cet hymne plein de sueur et de testostérone à l'effigie d'armoires à glace qui seront bientôt papy.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Une caméra qui gigote, des scènes de combats musclées à souhait, du gros rock, des mines patibulaires, de la sueur, du sang, des tatouages virils et une esthétique trash: voilà en gros les éléments sur lesquels Sylvester Stallone, le cheveu plus noir et le front plus lisse que jamais, a misé pour raconter un invraisemblable récit involontairement hilarant sur fond de dictature.

Manon Dumais Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Une surenchère jouissive, il faut l'admettre. Parce que ce n'est plus gros, c'est énorme. Tellement que ça en devient drôle. Mais l'effet aurait été plus réussi si on avait senti que cet humour était volontaire. Ce n'est, en général, pas le cas ici.

Sonia Sarfati Lire la critique complète

USA Today

Lire la critique

It's easy to dismiss The Expendables as true to its name. But this is truly a movie that nobody needs - gratuitously savage, implausible and sometimes incoherent.

Claudia Puig Lire la critique complète

Cinema Blend

Lire la critique

The Expendables, though, is a bloated mess, a bunch of guys past their prime punching and kicking each other and pretending its for our benefit, when its really just one last self-congratulatory hurrah.

Katey Rich Lire la critique complète