Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Hélas, toute cette contemplation esthétique est au service d'un scénario d'une étonnante vacuité, sans véritable enjeu dramatique, malgré quelques pistes prometteuses, sur la culpabilité, la santé mentale et les soins de fin de vie.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Même s'il frôle parfois le sublime sur le plan visuel, Le règne de la beauté reste plutôt vide de substance. Peut-être est-ce l'injuste malédiction face à laquelle les grands artistes sont confrontés, mais il est clair que d'un cinéaste de la trempe de Denys Arcand, on attend davantage qu'un beau livre d'images à saveur touristique.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

Se rapprochant bien plus du ratage de Stardom (2000) que des mémorables réunions entre copains du Déclin (1986) ou des regrets amers des Invasions (2003), Le règne de la beauté, est une romance dépassée, pédante et vide, filmée à la manière d'une telenovela qui aurait du budget.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Le film complet sera malheureusement habité de ce genre de scènes dont on comprend les intentions narratives mais qui sont incapables de nous faire ressentir le moindre sentiment, la moindre envie, la moindre passion, la moindre souffrance.

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

L'oeuvre de Denys Arcand s'aventure sur ce terrain thématique. Si son sujet principal est celui de la beauté, son sujet secondaire, qu'on peut lire en sous-texte, n'est autre chose que la quête de la joie intime et sa profonde labilité.

Pierre-Alexandre Fradet Lire la critique complète