réalisateur

scénariste

studio

  • Corporation ACPAV Inc.

distributeur

  • Les Films Séville

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Le récit économe, nuancé, ouvert aux interprétations, exprime avec une rare empathie la vie difficile des agriculteurs d'aujourd'hui.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Les Québécois peuvent enfin voir sur grand écran ce film d'auteur, au rythme lent et aux images criantes de vérité, qui explore les tourments d'un homme qui a la paternité exacerbée jusqu'à la déraison. Il donne ainsi à Gabriel Arcand un rôle à la mesure de son grand talent.

Éric Moreault Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

Malgré ses quelques petites longueurs, ce second film tout en sobriété confirme tout le bien que l'on pensait de Sébastien Pilote. Faisant le plein de références cinématographiques et littéraires, voilà un film beau et sobre qui constitue à n'en pas douter l'une des valeurs sûres du cinéma québécois de l'année 2013.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Affaire de gars

Lire la critique

Bref, grâce au jeu éblouissant et criant de vérité de Gabriel Arcand, Le démantèlement est une merveilleuse fable qui nous montre que l'amour paternel peut, lui aussi, être sans limites.

Philippe Michaud Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

À cet appauvrissement des sociétés rurales, et aux préjugés qui s'ensuivent, Pilote ressent le besoin d'opposer un autre point de vue.

Jérôme Delgado Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Quant à l'immense Gabriel Arcand, disons simplement que son jeu tout en finesse, tout en subtilité, relève du grand art.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Dans ce geste d'amour désespéré et ce sacrifice de soi gît toute la beauté de ce film, tragique et magnifique à la fois.

Sami Gnaba Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Si le scénario semble parfois trop balisé et la mise en place quelque peu systématique, l'émotion fait délicatement son chemin et se maintient intacte, vivante.

Gérard Grugeau Lire la critique complète