studios

  • Quark Productions
  • Universcience

distributeur

  • Diffusion Multi-Monde

Liens

Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Dans une scène révélatrice, Mathias Théry affirme qu'il ne veut pas tourner le film de sa mère. Mais sa partialité mal assumée transparaît dans le choix de certaines images et une finale triomphaliste.

Jonathan Guilbault Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Fait de bric et de broc, mais également avec un mélange d'intelligence, d'humour, de sensibilité (notamment lorsqu'il est question de l'histoire familiale), d'idées foisonnantes et de volonté pédagogique jamais aveuglément partisane, La sociologue et l'ourson atteint son but: divertir avec intelligence, tout en faisant le portrait d'une société en perpétuelle mutation!

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Et malgré quelques longueurs, c'est franchement réussi. L'intérêt pour le public d'ici? Vrai, c'est très franco-français. Mais si les lois ne portent pas chez nous les mêmes noms, les enjeux ne sont pas très différents.

Silvia Galipeau Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Avec ce mode narratif aussi distancié mêlant l'intime et le collectif, La sociologue et l'ourson gagne indéniablement un charme inusité, tout en sachant rester rigoureux dans sa captation d'un moment clé de l'histoire moderne de la France.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

L’intimité des échanges, des avis sur les mutations sociétales ponctués de «ton père est parti acheter du poisson pané» rend d’autant plus aimable le film, et quelques personnes qui le traversent.

Clément Ghys Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

 Ils deviennent des archétypes et donnent au film - c'est sa grande réussite - la portée d'un conte moral universel.

Isabelle Regnier Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Le film, sérieux dans son propos, prend dès lors l’allure d’un petit théâtre de guignols, où les opposants vont très vite se taper dessus.

Cécile Deffontaines Lire la critique complète