réalisateur

producteur

studio

  • Forum Films

distributeurs

  • Les Films Séville
  • Les Films Christal

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Le jeu à la fois physique et intériorisé de Laurence Leboeuf impressionne, l'actrice mettant en évidence la détresse et la solitude de son personnage, tiraillé entre son désir de gagner et sa volonté de mettre fin à des années de secret, d'abus et de manipulation.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Panorama-Cinéma

Lire la critique

Le troisième long métrage d'Alexis Durand-Brault finissant par en faire beaucoup plus que ce qui est réellement nécessaire, l'exercice se présente sous son meilleur jours lorsqu'il tente justement de faire les choses plus naturellement, voire différemment.

Jean-François Vandeuren Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Alexis Durand Brault a évité (presque) tous les pièges avec La petite reine. Son long métrage poignant, monté comme un suspense psychologique, montre l'envers de la médaille dans la quête d'une jeune femme prête à tout pour devenir championne, même au sacrifice de sa santé physique et mentale.

Éric Moreault Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Malgré ces écueils, et un certain malaise à l'idée de glorifier un personnage « victime de ses mauvais choix », La petite reine demeure un film efficace, qui happe le spectateur dès le départ pour ne plus le lâcher par la suite.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

La réalisation d'Alexis Durand Brault intègre avec art les reportages sportifs télévisés sur les deux classiques dont les parcours vallonnés sont des moments forts de ce bon drame sportif.

Luc Chaput Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

La petite reine ne sera donc pas une tragédie épique témoignant de la gangrène qui mine le sport professionnel. Toutefois, le film de Durand-Brault n'est pas raté pour autant et constitue un drame sportif habilement mené qui possède suffisamment de rythme et de tension pour conserver l'attention du spectateur.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète