acteurs

réalisateur

studio

  • Metafilms

distributeur

  • Funfilm Distribution

Bande-annonce & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

La direction photo de Sara Mishara et la musique d'Olivier Alary ajoutent leur touche délicate à l'entreprise, de même que la distribution d'acteurs à contre-emploi, dominée par un Martin Dubreuil habité.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Un hommage est aussi rendu au Dictateur de Chaplin alors que Philippe (excellent Martin Dubreuil) se lance dans une danse improvisée au beau milieu du désert, tel un moment suspendu dans le temps.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Lucide, transparent lorsqu'il faut l'être, transcendant lorsque le cinéma l'exige, autoreflexif dans ces rares moments où le cinéma est pris comme un jeu de miroirs, Maxime Giroux répond magnifiquement bien à une exigence rare de nos jours. À quelque chose qui a à voir avec un engagement moral aux images en mouvement et, ultimement, à la vie.

Élie Castiel Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Au risque de me répéter, Maxime Giroux est un réalisateur doué et original, qui a un véritable oeil cinématographique. Il le prouve encore une fois. Oui, ce film n'est pas le plus accessible qui soit. Mais il est le fruit d'un artiste talentueux.

Éric Moreault Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Mais ces faiblesses, certes regrettables, sont cependant mineures. Le film demeure globalement beau, inventif et fascinant. Il est également le portrait touchant d'un homme fragilisé par une époque et un environnement anxiogènes, parfaitement restitués par ce décidément fort talentueux Maxime Giroux!

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

Avec son intrigue mystérieuse reposant sur des scènes fortes, des images à couper le souffle et la force de son interprétation, La grande noirceur est indéniablement un objet de cinéma pur, envoûtant et audacieux.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète