Bande-annonce & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Pour incarner son père, Jodorowsky a fait appel à son fils Brontis (l'enfant nu dans El Topo), lequel offre une prestation vigoureuse et hallucinée. Pamela Flores émeut en figure maternelle douce, aimante, et Jeremias Herskovits est très juste en jeune Alejandro, sur lequel plane la présence apaisante de son moi âgé, campé avec sérénité par le cinéaste.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Tel un partenaire de tango, Jodo nous tend la main afin de nous emporter dans son monde bien à lui.

Valérie Thérien Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Jodorowsky se montre ici davantage ému et émouvant, drôle aussi, quoiqu'attaché à un certain esprit « nouvel-âgeux » au charme suranné. D'ailleurs, ce que le cinéaste gagne en clarté et en émotion, il le perd un peu en poésie et en puissance d'évocation.

Mario Cloutier Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Une expérience magnifiquement hallucinante qui pousse à réajuster le regard de façon transcendante. Sans doute une belle utopie imaginée.

Élie Castiel Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Traitant dans un même souffle passionné du fascisme et de la foi, ce film indéniablement ambitieux et résolument illuminé, le plus personnel qu'a signé Jodorowsky, nous permet surtout de renouer avec un auteur hors norme, à l'imaginaire éclaté, dont le cinéma multiplie les images fortes, à la fois drôles et sublimes.

Alexandre Fontaine Rousseau Lire la critique complète