Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Avec minutie et réalisme, Julien Leclercq décrit la préparation et le modus operandi des « super gendarmes » appelés à donner l'assaut. Son parti-pris esthétique de privilégier des couleurs délavées, proches du noir et blanc, stylise la violence, sans toutefois viser l'effet racoleur.

André Lavoie Lire la critique complète

Canoë

Lire la critique

L’assaut recrée avec un réalisme décoiffant le détournement, par des terroristes, d’un avion d’Air France, en 1994, sans pour autant réussir à s’élever au même niveau que United 93, film phare de l’après 11 septembre.

Cédric Bélanger Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Sobre, réaliste, efficace, L'assaut marche sur les traces de Vol 93, qui reconstituait une des prises d'otages du 11 septembre 2001 : même sens du rythme et de l'action.

François-Guillaume Lorrain Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Cette géométrie de personnages unidimensionnels finit par composer un tableau si schématique qu'on se demande ce qu'il peut nous raconter, 16 ans après le drame.

Thomas Sotinel Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Les scènes d'action sont saisissantes, tendues et jamais surjouées. C'est quand ça ne brasse pas qu'on décroche.

Philippe Renaud Lire la critique complète

Paris Match

Lire la critique

Et pourtant, en intégrant les clichés du genre, « L'assaut » réussit à se démarquer de la plupart de ces films d'action, en insufflant au récit l'âpreté visuelle d'un documentaire.

Alain Spira Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Julien Leclercq est un réalisateur talentueux, sachant composer des images fortes et les rythmer de façon suffisamment stimulante pour s’assurer l’attention constante de ses spectateurs. Malheureusement, son style, à la limite du maniéré (images monochromes, caméra à l’épaule nerveuse, éléments sonores amplifiés), fait souvent dans la redite en chargeant d’une valeur spectaculaire des moments qui l’étaient déjà par nature.

Guillaume Fournier Lire la critique complète