Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Maxime Giroux traite ici de la mésadaptation de certains jeunes aux codes de la société, à travers un récit mince mais évocateur, qui aborde sur un mode quasi lyrique des enjeux moraux extrêmement délicats.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

Giroux does a good job of capturing the feel of this culture, with a number of scenes shot at real-life illegal car races, and he wisely avoids glamorizing the car-race subculture or even really focusing on the races themselves. The Fast and the Furious it ain't!

Brendan Kelly Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Oeuvre âpre d'où les dialogues sont pratiquement absents, Jo pour Jonathan est tout sauf aimable. Mais ce premier film de Maxime Giroux porte en lui une grande force dramatique et un parti-pris esthétique rigoureux qui lui ont permis de vivre une belle vie dans les festivals depuis un an.

Josée Lapointe Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

La charge, intense, vient de l'intérieur, empêchant l'individu de fonctionner correctement, l'obligeant à errer pour reconnecter avec son for intérieur. Un autre très bon film québécois qui mérite seulement un peu de patience.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Bien servi par les éclairages naturels de Sara Mishara, qui ne cherche jamais à rendre jolie la grisaille ambiante, et le montage fluide et hypnotique de Mathieu Bouchard-Malo, ce film de Maxime Giroux, coécrit avec Alexandre Laferrière, se laisse apprivoiser lentement mais s'ancre dans notre esprit pour longtemps.

Manon Dumais Lire la critique complète