Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

François Papineau est comme toujours solide et Marie-Josée Croze se révèle fort touchante, dans un de ses meilleurs rôles depuis longtemps. En revanche, Natar Ungalak a déjà été plus expressif.

Olivier Lefébure Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

D'autant que les niveaux de jeu entre acteurs établis et acteurs moins connus n'atteignent pas toujours ici un bon équilibre. Il fait toutefois bon revoir Marie-Josée Croze - toujours solide - tenir un rôle principal dans un film québécois.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Malgré les intentions nobles du réalisateur (qui pour la première fois signe seul un scénario à l'écran) de mettre l'accent sur la sensibilité et la détresse de sa protagoniste, l'émotion n’est pas au rendez-vous. 

Pascal Grenier Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

En quelques minutes, tout ce que l'imagination du spectateur avait tissé durant l'heure précédente est justifié, compris, digéré. Et c'est bien dommage.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Renouant avec un style plus sobre que pour son précédent long métrage, Benoit Pilon laisse reposer son film sur un dérangement multiple qui caractérise des êtres marqués par un passé impossible à masquer et un présent qui ne s'apprivoise pas sans douleur. 

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Amené d'abord à la manière d'un polar - Carmen fait la tournée des autorités afin de chercher à comprendre ce qui a bien pu causer l'accident, si tenté que cela en soit un, de Gilles -, le long métrage de 103 minutes se transforme ensuite à la fois en quête intérieure et en examen de la vie des Inuits à Iqaluit.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète