réalisateur

producteur

scénariste

studio

  • Tessalit Productions

distributeur

  • Cinéma Du Parc

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

La seconde partie, au ton souvent didactique, est plombée par un excès d'effets spectaculaires et des ficelles dramatiques peu subtiles, qui enferment les personnages dans des archétypes. La portée du film à la réalisation pourtant musclée s'en trouve compromise.

Jean Beaulieu Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

La réalisation de Rachid Bouchareb est particulièrement bancale, naviguant difficilement de l'intime des rapports fraternels au spectaculaire affecté des scènes d'action, avec abus d'allers-retours dans le temps. S'y ajoutent maladroitement des intermèdes sentimentaux plaqués.

Marc Cassivi Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

What's lacking is any debate over whose side we should be on.

Jeff Heinrich Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Pourtant, ce ne sont pas tant les torts faits aux Algériens par la puissance coloniale qui intéressent Rachid Bouchareb, que ceux qu'ont infligés les combattants à leurs compatriotes.

Thomas Sotinel Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Mais pour la puissance de tir et l'originalité, il faudra repasser : ce film ne dérange rien, ni le cinéma, ni l'Histoire. Il reste un condensé utile pour en savoir plus. Une amorce de plus...

Juliette Ruer Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Scénario scolaire, dialogues pontifiants, interprétation chaotique, reconstitution lourdingue... Effarant échec artistique, le film de Bouchareb est, de surcroît, politiquement inoffensif.

Nicolas Schaller Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Une fable prenante quoiqu'un peu lourde sur le désir d'indépendance de citoyens maghrébins.

Martin Gignac Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Le genre retenu par Bouchareb brouille les pistes, porte à l'exagération, à certaines invraisemblances, voire maladresses. À chaque film historique revient le même débat : est-ce juste du cinéma? Où s'arrête la responsabilité du cinéaste, son devoir d'exactitude, où commence sa liberté d'artiste?

François-Guillaume Lorrain Lire la critique complète