Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Tout en respectant la structure du roman de Sophie Bienvenu, soit un monologue au "je" livré en huis clos, Léa Pool est parvenue à aérer le récit et à traduire en images cette longue confession. Et à préserver le secret d'Aïcha jusqu'au dénouement, déjouant habilement les suppositions du spectateur. 

Médiafilm Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

La question est : est-ce qu'on y croit? Pas vraiment. Mais ma perception est probablement altérée par le fait que le personnage d'Aïcha, trop monolithique, m'est rapidement apparu insupportable dans son égocentrisme théâtral. Dommage que ce soit ça qui m'ait dérangé et non le récit.

Éric Moreault Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Outre ses thématiques de prédilection, Léa Pool est aussi en phase avec son style cinématographique qui traduit sa signature, depuis ses débuts à la réalisation en 1980, avec Strass Café. Léa Pool est de cette école de cinéastes qui s'expriment par le biais des non-dits, des regards.

Julie Vaillancourt Lire la critique complète

Cinémaniak.net

Lire la critique

Bref, trop littéraire, pas assez cinématographique, le nouveau film de Léa Pool souffre d'un manque de naturel dans l'écriture certes, mais aussi dans mise en scène, peu inventive, ayant parfois recours à des effets un peu faciles et déjà-vus.

Jules Couturier Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Dommage que par manque de moyens ou trop de pudeur, Léa Pool soit restée en surface de ce roman dérangeant et impudique.

Luc Boulanger Lire la critique complète