Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Les sous-intrigues, inégalement développées et pas toujours crédibles au plan psychologique, donnent lieu à quelques passages mélodramatiques et à certaines scènes paroxystiques plus agaçantes que bouleversantes.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Ainsi, malgré tout le talent des comédiens, quelque chose sonne faux, et nous laisse dans une sorte d'attente perpétuelle qui peut bien se transformer en ennui.

Pascale Gauthier Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Sans jamais verser dans le sentimentalisme, cette histoire se révèle très émouvante. D'autant que Benoît Magimel offre ici l'une des compositions les plus sensibles de sa carrière.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

S'il peut rebuter par sa grisaille et sa froideur, à l'image de la Bretagne hivernale, Des vents contraires s'avère un déchirant drame familial teinté d'espoir et, étonnamment, d'humour.

Manon Dumais Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Le film est empreint d'une tendresse communicative pour tous ses personnages. Lespert confirme son talent pour diriger ses collègues acteurs : tous les seconds rôles sont remarquables, mention spéciale à Antoine Duléry, pour une fois dans un registre dramatique. Et cela faisait longtemps que Benoît Magimel - en père rongé par la culpabilité - ne s'était pas montré aussi convaincant.

Samuel Douhaire Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Pour « Des vents contraires », il a réengagé Benoît Magimel, figure principale de « 24 Mesures ». « Nous parlons le même langage. Il est un prolongement de moi-même. En plus, il est indémodable. Dans trente ans, il sera encore là. » Enfin, pour incarner le frère aîné du héros, Lespert a choisi Antoine Duléry, d'une bouleversante justesse. Normal : c'est l'un des meilleurs acteurs français.

Pierre Vavasseur Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Un film français dans la moyenne, dont on sent trop l'artificialité de l'ensemble pour vraiment y croire.

François-Guillaume Lorrain Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

On évolue ici entre le flou, l'anecdotique, le puéril et les diversions inutiles à l'intrigue. Tout finit par sonner faux, y compris les rapports père-enfants, clef de ce drame brouillon. Une alchimie inexsitante ici.

Jean-Luc Wachthausen Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Mais surtout, le grand intérêt de ce film très respectable, c'est l'habileté qu'a Jalil Jespert de toujours arriver in extremis à insuffler de la vie dans le drame, de la légèreté dans la douleur, du soleil à travers le ciel gris plombé. Il réussit subtilement à filmer l'humain dans ce qu'il a de plus irréfléchi et de plus déroutant.

Fabrice Leclerc Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

La richesse de la peinture des rapports entre les deux frères est galvaudée par les incidents policiers qui ne cessent de faire irruption sous le fallacieux prétexte de faire progresser le récit.

Thomas Sotinel Lire la critique complète