réalisateur

studios

  • Boo Pictures
  • Mooz Films

distributeur

  • Métropole Films Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Doté d'un bagout et d'un naturel hors du commun, le petit Zein Al Rafeea crève l'écran et déchire le coeur.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Il s'agit d'un film brillant, didactique aussi, et c'est bien ainsi alors que nous traversons une époque difficile où il est de plus en plus ardu de vivre. Si des cinéastes de la trempe de Labaki, de Cuarón ou d'autres observateurs du monde se donnent la peine de nous sensibiliser (sans doute une autre façon de nous donner des messages - action devenue taboue dans un monde populiste), c'est déjà un pas dans la bonne direction.

Élie Castiel Lire la critique complète

Rogerebert.com

Lire la critique

In "Capernaum," the heartache of the underprivileged is on such interminable display that you feel the physical hurt in your bones.

Tomris Laffly Lire la critique complète

Rolling Stone

Lire la critique

Lebanese film is a harrowing portrait of a poverty-stricken child's fight to survive amid the city's chaos.

Peter Travers Lire la critique complète

The Wrap

Lire la critique

Director Nadine Labaki unsparingly presents the struggle of abused and abandoned children seeking a better life.

Monica Castillo Lire la critique complète

Volture

Lire la critique

There's no doubt at all that Labaki is a filmmaker of extreme empathy, with a real intuition for how to capture the dynamics between children in particular. 

Emily Yoshida Lire la critique complète

Cinémaniak.net

Lire la critique

À la manière des Misérables de Victor Hugo, Capharnaüm s'inscrit dans un plaidoyer social entre justice et dignité humaine où, victimes de leur condition, les nécessiteux se retrouvent acculés dans une société qui les pousse à voler pour subsister. Jamais la caméra de Labaki ne juge son prochain, rejetant la faute sur le manque d'instruction, la misère et l'indifférence d'un système qui exige un papier pour prouver son existence.

Alexandre Blasquez Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

La réalisatrice cède cependant à l'emploi d'effets dramatiques dans la dernière partie de son film. Certains éléments deviennent alors moins plausibles, d'autant qu'il se déploient au son d'une trame musicale trop lourde, qu'on dirait tout droit sortie d'un mélodrame.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

C'est avant tout par son propos que Capharnaüm rejoint ses prédécesseurs. Alors que le Liban est systématiquement un protagoniste à part entière, le septième art est pour Nadine Labaki un moyen de parler des groupes de population qui sont les premiers touchés par les inégalités et les conflits. 

Ambre Sachet Lire la critique complète