réalisateur

scénariste

studios

  • 3B Productions
  • Arte France cinéma

distributeur

  • Niagara Films

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Fondé sur l'attente, le récit, avec ses passages bucoliques et parfois comiques, accuse quelques creux, jusqu'à l'arrivée de Paul Claudel, homme de lettres narcissique habité par une exaltation spirituelle, quasi cosmique, ironiquement voisine d'une certaine forme de folie.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Le film de Dumont, cérébral et aride, pose un regard subtil sur l'injustice que représente l'internement de l'artiste, sans faire fi des psychoses et des délires de persécution dont elle a été atteinte. Un regard unique de metteur en scène, que transcende la performance de Juliette Binoche.

Marc Cassivi Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Le cinéaste ne sortira d'elle(s), et de l'actrice et de l'artiste, qu'au trois-quarts du film, opérant un éprouvant zoom sur la figure illuminée du frère, tout dévoué à Dieu et à la prière.

Céline Gobert Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Et si ce film, pour une fois plus porté vers l'empathie que par le radicalisme, était le film de Bruno Dumont le plus accessible... mais aussi probablement un de ses meilleurs?

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Affaire de gars

Lire la critique

Bref, avec Camille Claudel, 1915, Bruno Dumont accomplit ce que peu de réalisateurs sont capables de faire : nous émouvoir au plus haut point avec une simplicité déconcertante.

Philippe Michaud Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

La mise en scène sans complaisance de Bruno Dumont, qui a décidé de suivre le calvaire de Camille Claudel sur trois jours, crée l'horreur dès les premières images.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Camille Claudel 1915 est un film austère, exigeant, presque immobile, où chacun semble à l'affût.

Pierre Murat Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Bruno Dumont, chantre d'un cinéma radical où les corps disent autant que les mots, donne à Juliette Binoche une occasion magnifique de redéchirer l'écran.

Pierre Vavasseur Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Tiraillée entre l'orgueil et la mystique, Camille veut le silence. Entre rire aux larmes, prostration et illumination, sans maquillage et émaciée, Juliette Binoche se situe bien au-delà du jeu. Elle est.

Sophie Grassin Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Dans «Camille Claudel 1915», Bruno Dumont chronique trois jours de la vie de la sculptrice internée dans un asile. Une mise à nu portée par une Juliette Binoche impressionniste.

Gérard Lefort Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Camille Claudel est désormais un regard qui se perd dans celui de Juliette Binoche. Pour Bruno Dumont, elle trouve l'une des plus grandes incarnations de sa carrière, tissant le destin de la célèbre artiste statuaire au moment de son internement à l'asile d'Avignon à la demande de sa famille.

Christophe Chadefaud Lire la critique complète