réalisateur

studios

  • Fidélité Films
  • Film Kairòs
  • Cinetotal
  • M6 Films
  • Morena Films
  • Wild Bunch

distributeur

  • Les Films Séville

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Ponctué de gags amusants sur les rivalités et les différences de moeurs entre la France et l'Angleterre, l'homosexualité, l'immigration clandestine et la corruption politique, le scénario à l'humour décalé souvent jouissif déboule sans temps mort, exception faite d'un intermède un peu longuet.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Pour une superproduction au colossal budget, Astérix et Obélix: au service de Sa Majesté s'avère un divertissement passable. Ni plus, ni moins.

Éric Moreault Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

En recentrant les deux personnages principaux au coeur de l'histoire, et en explorant leur relation d'amitié, la série retrouve sa pertinence originelle, d'autant qu'Astérix et Obélix sont ici entourés de personnages forts.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

La réalisation, très limitée, souffre d'un manque d'audace évident, à force de ne pas vouloir choquer des ayants droits échaudés dans le passé.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

L'adaptation de ces aventures n'est pas convaincante et la symbiose entre les deux récits ne survient jamais malgré le croisement continuel de ceux-ci. L'intrigue sans queue ni tête ne sert en réalité qu'à énumérer une série de clichés (et de préjugés) sur les Anglais, Indiens, femmes, homosexuels (entre autres) pour un résultat plutôt décevant.

Miryam Charles Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Ponctué d'irrésistibles clins d'oeil à Jane Austen et à Quentin Tarantino (quelle entrée en scène que celle des Normands façon Kill Bill!), le tout se moque avec un humour bon enfant de l'impérialisme américain tout en écorchant gentiment les travers des Anglais et des Français.

Manon Dumais Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Il n'y aurait à voir que Gérard Depardieu, cela suffirait déjà à notre bonheur. Il est ici à son meilleur — et on sait ce que le rôle d'Obélix, le livreur de menhirs benêt, a libéré chez lui, bonifiant toutes ses autres prestations, les enrichissant d'une idiotie puissante et sublime

Aurélien Ferenczi Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

C'est d'abord parce que le réalisateur Laurent Tirard a centré son film sur le duo des célèbres Gaulois qu'il faut aller le voir.

Alain Grasset Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

L'humour basé sur les antagonismes du vocabulaire et de la syntaxe entre l'anglais et le gaulois était irrésistible à la lecture de l'album publié en… 1966. Dans le film de 2012, malgré le talentueux Guillaume Galienne-Jolitorax, ces jeux de langage se révèlent à la longue aussi fadasses qu'une tasse d'eau chaude avec un nuage de lait.

Hubert Lizé Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Quand [sic] à Edouard Baer, il donne à Astérix l'étincelle qui lui faisait si cruellement défaut du temps où Christian Clavier l'interprétait, inventant un Astérix pataud mais charmant et malicieux. Cette coloration nouvelle du personnage rejaillit mécaniquement sur la performance de Depardieu, qui devient presque émouvant dans son rôle d'Obélix.

Isabelle Regnier Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Edouard Baer forme le plus convaincant des trois Astérix jusqu'ici expérimentés.

Olivier Séguret Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

Fatigués, Astérix et Obélix? Pas du tout. Ils sont plus vifs et plus drôles que jamais, la potion magique fait toujours son effet et le quatrième épisode de leurs aventures au cinéma, "Astérix et Obélix au service de sa Majesté" est peut-être le plus réussi de tous.

Rédaction Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Ces aventures d'Astérix et Obélix, ici au service de Sa Majesté, clin d'oeil à James Bond, sont un spectacle familial bien écrit, bien tenu, bien fabriqué. Mais également bien sage. Trop, en fait.

Éric Libiot Lire la critique complète