réalisateur

studios

  • Les Films de Pierre
  • France 3 Cinéma
  • Page 114
  • Memento Films Production
  • FD Production

distributeur

  • MK2│Mile End

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Mais le coeur battant du film, c'est la belle et simple histoire d'amour entre le novice et le radical, illustrée avec candeur et sans fausse pudeur, poignante dans le dernier tiers. 

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Admirablement conçu, d'une chaleur humaine inépuisable et enveloppante. L'une des plus belles réflexions du cinéma français actuel sur l'existence et la finitude.

Élie Castiel Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Avec un tel sujet, je me sens presque coupable que le film m'ait laissé indifférent. Mais il est trop long, convenu et prévisible. À part le rappel historique du malaise et de l'indifférence de l'époque qui fait mouche, 120 BPM n'apporte rien d'original au sujet. 

Éric Moreault Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

D'ailleurs, au-delà du SIDA (bien sûr omniprésent) et de la prise de conscience tardive du drame et de ses conséquences par les autorités (au centre du film, mais abordé sans insistance vengeresse), le film de Campillo est surtout un film de groupe qui souligne l'importance d'être ensemble lorsque tout va mal, de se battre afin de faire changer les choses, mais surtout de continuer à vivre à fond tant qu'il en est encore temps.

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

C'est une histoire d'un autre temps qui, d'une certaine manière, nous parle d'aujourd'hui. En replongeant dans ses années de militantisme du début des années 90, pendant la crise du sida, Robin Campillo propose un portrait aussi émouvant que saisissant, qui interpelle du même coup le spectateur sur les vertus de l'action sociale.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

Le réalisateur français Robin Campillo filme une épidémie (le sida) qui ronge les corps et les cœurs sans pathos.

Étienne Sorin Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Ce film est une boîte : une utopie et une cellule, une machine qui serait capable d’émotion comme celles de la musique électronique.

Luc Chessel Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Le film est si réussi, si passionnant, si emballant, si émouvant qu'il semble échapper à tout, et notamment aux calculs. 120 BPM est en état de grâce, poussé par sa propre énergie, son propre désir. II touche chacun au plus profond. Cela s'appelle une grande oeuvre.

Éric Libiot Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

La contagion, c’est la diffusion de la maladie, c’est aussi le partage de la colère, de l’énergie ; le virus se transmet, comme les informations et le savoir qui permettront d’en limiter la propagation, d’élaborer des thérapies efficaces.

Thomas Sotinel Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

120 Battements par minute, dont le titre, confie le cinéaste, évoque « les battements du coeur et ceux du plaisir », atteint à plusieurs reprises des sommets de cinéma, notamment lorsqu'un plan panoramique fait de la Seine un fleuve de sang.

Pierre Vavasseur Lire la critique complète