Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Fidèle à son habitude, Podz manie sa caméra de façon fort expressive, en créant une grande tension à l'intérieur du plan. Le jeune Robert Naylor impressionne par son jeu énergique et naturel face à un Claude Legault tout en retenue. Pour leur part, Martin Dubreuil et Félixe Ross déchirent le coeur en parents inaptes.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Avec 10 1/2, Podz place le spectateur devant un problème de société qui fait rarement les manchettes, mais qui ne demeure pas moins d'une troublante actualité. Un film puissant, qui force la réflexion.

Normand Provencher Lire la critique complète

Ruefrontenac.com

Lire la critique

Par souci d'authenticité, Podz a opté pour une mise en scène crue et directe, sans artifices ni effets de style ni même de musique (comme c'était aussi le cas dans Les 7 Jours du Talion). 10 1/2 est un film coup de poing qui frappe fort, et dont on ne se remet pas facilement.

Maxime Demers Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Figure noble qui tente de ne pas douter du genre humain, Claude Legault trouve enfin le grand rôle qu'il attendait depuis des lustres, maniant la subtilité avec beaucoup d'aisance. L'intelligence du réalisateur est d'être allé chercher un très bon acteur populaire et de l'entourer de comédiens aussi excellents qu'inconnus.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Bénéficiant du montage fluide de Valérie Héroux, de la sobre photo de Bernard Couture et d'une mise en scène favorisant de longues scènes peu découpées, ce deuxième film du réalisateur de Minuit, le soir s'avère une lente mais percutante illustration d'un fait de société douloureux.

Manon Dumais Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

Daniel Grou - who also goes by the name Podz - likes to shock, and that's exactly what he does in the first minutes of his gripping new picture 10 1/2. The drama opens with disturbing sexually explicit scenes involving Tommy, the 10 1/2-year-old boy at the centre of this story, and though the sequences only last a couple of minutes, you will have trouble forgetting them any time soon. In fact, you'll have trouble forgetting 10 1/2, period - it's not much fun to watch.

Brendan Kelly Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Quand il braque sa caméra sur le « concret » des choses, Podz excelle. En revanche, les scènes de discussions entre thérapeutes, plus didactiques, sont un peu moins convaincantes.

Marc-André Lussier Lire la critique complète