acteurs

réalisateur

studios

  • Complete Fiction
  • Film4
  • Focus Features International (FFI)
  • Perfect World Pictures
  • Working Title Films

distributeur

  • Universal Pictures

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Bon
Lire la critique

Les apparitions à l'écran de Terence Stamp, Diana Rigg et Rita Tushingham, trois figures emblématiques du cinéma et de la télévision anglaises des "sixties", achèvent d'enluminer cette fervente lettre d'amour à la musique et à la mode de cette époque effervescente, mais souvent trop idéalisée.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Cinema Blend

Excellent
Lire la critique

Another winner from Edgar Wright.

Eric Eisenberg Lire la critique complète

Joblo.com

Extraordinaire
Lire la critique

While I can't say I found Last Night in Soho scary (I'm not sure it was intended to be) its nonetheless a visceral thrill ride that had me hooked from the first frame until the last. Wright is a master of modern cinema, and this is a film filled with a passionate love of cinema and the sixties that's hard to resist. 

Chris Bumbray Lire la critique complète

Entertainment Weekly

Excellent
Lire la critique

Two girls, one time-jump.

Leah Greenblatt Lire la critique complète

Rolling Stone

Lire la critique

The Baby Driver filmmaker goes the psychological thriller route, with a horror film that both romanticizes and criticizes a groovy, grotesque past.

David Fear Lire la critique complète

The Wrap

Lire la critique

Great performances and brilliant needle-drops bolster Wright's best film since Shaun of the Dead.

Jason Solomons Lire la critique complète

Volture

Lire la critique

Whatever its occasional stumbles, Last Night in Soho is a mostly intoxicating affair.

Bilge Ebiri Lire la critique complète

KinoCulture Montréal

Très bon
Lire la critique

Une dernière nuit à Soho, à l'image des films «sexy» nocturnes, terme inventé par les Britanniques, toujours ouverts aux nouvelles idées. À contre-courant du célèbre Shaun of the Dead / Shaun et les zombies (2004), du même Edgar Wright.

Élie Castiel Lire la critique complète