réalisateur

producteur

scénariste

studio

  • Les Films du Losange

distributeur

  • Funfilm Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Goupil opte pourtant pour une approche plus tendre et poétique qu'à son habitude, brossant du même coup un portrait sincère et touchant du monde de l'enfance.

Helen Faradji Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Comme si l'esprit de Truffaut s'était mêlé à celui de Ken Loach, Goupil nous offre un film éminemment sincère et tonifiant, mené par une bande d'enfants allumés. Valeria Bruni-Tedeschi, vibrante d'indignation et de générosité, offre une performance superbe.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Le spectateur se retrouve à la fois charmé par la bande d'enfants gouailleurs, que Goupil dirige admirablement, et interpellé par l'aspect militant du récit, lequel n'alourdit pas ce dernier. Au milieu de tout ce chaos bien contrôlé, Valeria Bruni Tedeschi s'impose en maman pasionaria et grande défenseure des droits de l'enfant.

Manon Dumais Lire la critique complète

Le Nouvel Obs

Lire la critique

Entre retours de l'école balisés de CRS et vacances en Bretagne, Goupil signe une comédie imaginative qui donne un vecteur agile, espiègle et inédit à l'indignation.

Lucie Calet Lire la critique complète

Télérama

Lire la critique

Décidément, le cinéma de Romain Goupil est à part. Il y a huit ans, dans Une pure coïncidence, il se servait d'un vrai faux docu potache pour enquêter sur le trafic des faux papiers en France. Aujourd'hui, c'est à ceux qui n'en ont pas, de papiers, qu'il s'attache et, une fois encore, il traite ce thème de façon originale : une fable engagée. Une fable politique mais ludique, dont les héros sont des enfants...

Guillemette Odicino Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

On voit bien de quel côté Romain Goupil se place à travers ses personnages - Valeria Bruni-Tedeschi en mater dolorosa saisie par la révolte - mais il a l'habileté de privilégier ces enfants, dont le regard et les mots valent tous les slogans.0+

Jean-Luc Wachthausen Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

On ne va pas le nier : dans Les Mains en l'air, il y a d'abord quelque chose d'éminemment revigorant et salutaire à voir l'actuelle belle-sœur de Sarkozy emplafonner la politique gouvernementale française en entrant en résistance à travers un rôle de maman qui décide d'héberger une fillette tchétchène menacée d'expulsion avec sa famille.

Gilles Renault Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Cette échappée poétique hors du monde des adultes et de ses impératifs policiers permet à Romain Goupil de faire passer son message de tolérance bien mieux que par maints discours.

Florence Colombani Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Romain Goupil ne fait pas la morale, il n'a pas de message à faire passer, sinon celui de l'insurrection de principe, de la prise de conscience, de la nécessité de se muer en perturbateur. Fin renard, il le fait avec le sens du ludique.

Jean-Luc Douin Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Un film qui ne sert pas la cause qu'il défend, malgré une bonne idée de départ.

Éric Libiot Lire la critique complète