Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

En effet, la rédemption du filou, le sort des Filles du Roy, l'histoire d'amour, la férule seigneuriale, sont autant d'avenues abordées mais explorées trop succinctement pour donner au spectateur une réelle prise. Qui plus est, l'identité de la bête est beaucoup trop facile à deviner et, si les effets de transformation convainquent, le résultat n'effraie guère.

François Lévesque Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Le poil de la bête rate la cible sur tous les plans. À force de naviguer sans cesse entre les éléments pseudo-comiques (rien n'est drôle), le film de genre aux effets cheapos et le drame historique, le réalisateur Philippe Gagnon semble perdre complètement ses repères. Les scénaristes Stéphane J. Bureau et Pierre Daudelin ont truffé leur script de jeux de mots nuls qui cadreraient mieux dans une pub de détaillant de meubles de banlieue.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Le poil de la bête est une véritable foire aux horreurs où plein de bons éléments (la distribution, le sujet, l'époque) se court-circuitent, laissant le spectateur pantois devant ce qui est probablement le pire film québécois de l'année.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Si l'on ne peut rien reprocher à la réalisation de Philippe Gagnon, à la direction photo de Steve Asselin, à la direction artistique de David Pelletier et au jeu des acteurs (le suave Gilles Renaud en tête), on aurait beaucoup à redire du scénario.

Manon Dumais Lire la critique complète