réalisateur

scénariste

studio

  • MACT Productions

distributeur

  • Funfilm Distribution

Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Le scénario est adroitement construit et son dosage entre drame et humour (flirtant parfois avec le burlesque) séduit. Il en va de même pour la réalisation, pleine d'imagination et faisant un usage expressif du cadre.

François Lévesque Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Par contre, en voulant aborder trop de problématiques dans un même film, Hiner Saleem ne fait que les survoler sans réellement toucher le spectateur.

Catherine Schlager Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Sous la caméra de Hiner Saleem, Paris n'est ni consensuelle ni xénophobe. Mais prise dans un mouvement qui nous emporte et nous ravit.

Anne Diatkine Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Le film parle d'amour et de deuil, il raconte surtout la libération d'une jeune femme entourée d'hommes, et il le fait avec une drôlerie burlesque et un charme fou.

Marie Sauvion Lire la critique complète

Le Figaro

Lire la critique

Ce ton léger et loufoque confère du rythme à l'intrigue. Il lui permet de débusquer quelques sujets tabous, comme la liberté de la femme kurde confrontée au poids des traditions. Vaste programme auquel on adhère facilement lorsqu'il a le visage d'une madone persane aussi belle que Golshifteh Farahani.

Jean-Luc Wachthausen Lire la critique complète

L'Excessif

Lire la critique

Pour son dernier long-métrage, le cinéaste irakien d'origine kurde Hiner Saleem signe une comédie plutôt agréable qui, sans être hilarante, sait faire preuve de suffisamment de finesse et d'humanisme pour emporter l'adhésion.

Jérôme Beales Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

Un conte burlesque sublimé par l'interprétation envoûtante de Golshifteh Farahani.

Thierry Chèze Lire la critique complète

L'Express

Lire la critique

A sa sortie de prison, Philippe rencontre Avdal. Et leur amitié va déboucher sur un joli film auquel il manque juste un grain de folie pour plaire. 

Julien Welter Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

Il y a un zeste de naïveté dans Si tu meurs, je te tue, quelques gags convenus et des libertés avec la vraisemblance, mais surtout un ton résolument facétieux qui illustre ce qui habite le cinéaste : l'humour, le goût de la musique et de la liberté.

Jean-Luc Douin Lire la critique complète

Le Point

Lire la critique

Le cinéaste Saleem brosse un portrait drolatique et folklorique de la communauté kurde présente à Paris.

François-Guillaume Lorrain Lire la critique complète