réalisateur

studios

  • Film Forge Productions
  • Hawkeye Pictures

distributeur

  • Les Films Séville

Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Les acteurs jouant les parents du petit Adam sont visiblement trop âgés pour le rôle, ce qui cause un certain déficit de crédibilité. Mais l'atmosphère tendue et le sens aigu de la composition picturale le font oublier, tout comme le jeu des jeunes interprètes, tous criants de vérité. 

Martin Bilodeau Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Nous regretterons seulement que pour son premier long métrage, Andrew Cividino manque un peu de souffle et qu'il ait visiblement douté (heureusement par intermittence) de la force de sa mise en scène. 

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Peut-être les spectateurs masculins trouveront-ils, dans Sleeping Giant, matière à réfléchir et à se remémorer des souvenirs d'adolescence. Malheureusement, dans mon cas, ce film est tombé à plat.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Grâce aux performances très convaincantes de ses acteurs, ses images qui donnent envie de visiter l'Ontario et son sujet universel, Sleeping Giant est un joli film qui nous replonge, l'espace d'un instant, dans nos souvenirs d'adolescence.

Catherine Schlager Lire la critique complète

Cinémaniak.net

Lire la critique

Le montage est sans doute ce qui permet au film de se distinguer un peu plus. Les faux-raccords brusque, les scènes présentées comme moments de vie épisodiques sans grand lien apparent, sont une belle illustration du caractère désinvolte et nonchalant d'un été passé à flâner à l'adolescence.

. Cinémaniak Lire la critique complète

Ton Canapé

Lire la critique

En somme, le film de Cividino est plutôt réussi. Même s'il ne risque pas de marquer notre imaginaire pour longtemps, il reste tout de même un bon petit film sur le passage à l'âge adulte qui atteint bien l'objectif, et surtout, qui ne prend pas son public pour un enfant.

Miguel Plante Lire la critique complète