Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Évoquant avec finesse et intelligence le sort réservé aux femmes dans les pays ultra-conservateurs, ce plaidoyer sensible pour une quête de liberté sans cesse à recommencer émeut autant qu'il tient en haleine par son suspense prenant.

Helen Faradji Lire la critique complète

Le Parisien

Lire la critique

Fières de présenter au monde un visage affranchi des filles de leur pays, elles irradient le film par leur joie de vivre, leur sensualité, leur exubérance et leur manière d'envoyer bouler tous les carcans.

Hubert Lizé Lire la critique complète

Le Monde

Lire la critique

De sorte qu'au-delà de l'intrigue - qui tient un peu du conte et souffre parfois de sa dimension allégorique -, l'enjeu du film est surtout esthétique.

Jacques Mandelbaum Lire la critique complète

Libération

Lire la critique

Un film souvent guetté par les conventions d'un certain cinéma d'auteur trop soucieux de ses débouchés festivaliers pour toujours s'embarrasser de nuances.

Julien Gester Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Tournant sa caméra du côté du soleil plutôt que de l'ombre, Deniz Gamze Ergüven pose un regard à la fois tendre, complice, lucide et solidaire sur ses jeunes personnages féminins (campés par des actrices non professionnelles, sauf une, toutes excellentes) en cherchant constamment à déjouer l'aspect contraignant de leur situation par des scènes le plus souvent dynamiques, colorées, drôles, poétiques ou ludiques, et en faisant triompher l'imaginaire, sinon l'imagination.

Jean Beaulieu Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

La douce et fébrile chronique finit par se métamorphoser en drame impitoyable lorsque la famille tente de museler cette soif de vivre et de connaissance en limitant les rencontres fortuites avec les garçons et en maximisant les mariages arrangés.

Martin Gignac Lire la critique complète

Panorama-Cinéma

Lire la critique

Si Mustang porte néanmoins sur une condition outrageante, il n'a pas l'humanité de l'humanisme qu'il promeut. La volonté de faire un film sur ce qu'est d'être une femme en Turquie est recoupée au fond assez maladroitement avec ses allures de conte défendues par la cinéaste.

Mathieu Li-Goyette Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

Leur monde est dominé par les hommes, mais les plus beaux personnages de Mustang sont féminins. De Lale, la benjamine du groupe et héroïne du film, jouée par Güneş Nezihe Şensoy pour un mémorable premier rôle de cinéma, à la grand-mère (Nihal Koldaş), personnage aussi déchirant que complexe, les femmes sont omniprésentes dans ce film. Une éclatante réponse à ceux qui voudraient les rendre invisibles. 

Pierre Charpilloz Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Ce premier long métrage signé Deniz Gamze Ergüven n'est ni plus ni moins qu'une chronique familiale d'exception, qui rappelle par endroits le meilleur de Fatih Akin ou d'Asghar Farhadi.

Nicolas Gendron Lire la critique complète

Agence QMI

Lire la critique

Les choses les plus belles sont les plus simples. Avec sa luminosité narrative, le jeu spontané des comédiennes, Mustang s'impose sans conteste comme l'un des très grands films de l'année (il est sorti en Europe en 2015) qui vient de se terminer.

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Mustang ne se veut pas un film militant (même s'il l'est par la force des choses). La réalisatrice a souvent choisi d'aborder des situations potentiellement très dramatiques avec humour - ce qui n'empêche pas la tragédie. Il est aussi plein de joie de vivre. 

Éric Moreault Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Mais au-delà de la dénonciation, il y a aussi la manière. Sur ce plan, Deniz Gamze Ergüven propose une approche remarquable, qui célèbre en douceur l'esprit rebelle de ces femmes, un peu comme l'avait fait Nadine Labaki il y a quelques années dans son très beau film Caramel.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

Cinémaniak.net

Lire la critique

Raconté avec une grande légèreté, par une mise en scène souple, presque improvisée, par la douceur qu'apporte cette image légèrement désaturée et toujours très claire, ce film dissimule mal un propos beaucoup plus grave qui concerne toutes les femmes: leur liberté.

. Cinémaniak Lire la critique complète