Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Toutefois, le récit aurait gagné en profondeur si la réalisatrice avait concentré l'histoire autour des seules religieuses, les sous-intrigues concernant les élèves ayant moins d'intérêt.

Olivier Lefébure Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

La force du film fait aussi sa faiblesse. S'il montre beaucoup, il raconte peu. 

Richard Boisvert Lire la critique complète

Ton Canapé

Lire la critique

La passion d’Augustine, c'est la beauté de la musique classique, et l'ambiance qui nous est offerte dans le nouveau film de Léa Pool correspond en tout points à une symphonie de Bach (...).

Miguel Plante Lire la critique complète

Séquences

Lire la critique

Léa Pool signe ici son œuvre la plus achevéepar une facture nette et précise aux décorset aux éclairages justes et naturels.

Patricia Robin Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

À la fin, on se rend compte que c'est avant tout la musique, par moments émouvante, qui s'est doucement insinuée en nous.

Jean Siag Lire la critique complète

Cinémaniak.net

Lire la critique

Heureusement le soin apporté à la direction artistique, à la mise en scène ainsi qu'à quelques idées de réalisation permettent d'apprécier le moment comme un long passage dans une époque révolue et se faire gagner par l'émotion d'un film beau et délicat.

Syril Tiar Lire la critique complète

Canoë

Lire la critique

La passion d'Augustine met également en lumière de manière brillante la nécessaire évolution du catholicisme à l'heure du début de l'émergence du mouvement hippie et du «flower power». 

Isabelle Hontebeyrie Lire la critique complète

Films du Québec

Lire la critique

(...) La passion d'Augustine, production grand public réussie dans lequel tout baby-boomer se reconnaîtra, a tout ce qu'il faut pour être l'un des beaux succès du cinéma commercial québécois de l'année.

Charles-Henri Ramond Lire la critique complète

Cinéfilic

Lire la critique

Le film enchaîne alors les maladresses et les effet mélodramatiques aussi superflus que mal maîtrisés, et contrarie finalement les promesses de la première heure.

Jean-Marie Lanlo Lire la critique complète