Bandes-annonces & Images

Revues de presse

Médiafilm

Lire la critique

Du reste, la première partie du film s'avère plus imaginative et éclatée, les années de succès du chanteur puis ses frasques éthyliques des années 1980 étant illustrées de façon davantage convenue, sans réelles surprises. En revanche, la reconstitution d'époque vise juste et les mélodies du maître sont brillamment utilisées au fil du récit.

Louis-Paul Rioux Lire la critique complète

Le Soleil

Lire la critique

Cet hommage éclatant de Sfar ne serait pas ce qu'il est sans la performance prodigieuse d'un inconnu venu du théâtre, Éric Elmosnino, dans un rôle d'anthologie qui lui donne une longueur d'avance sur la compétition pour le César du meilleur acteur. Il épouse à la perfection l'essence complexe de son personnage, lui conférant une aura qui dépasse la simple imitation. Du grand art.

Normand Provencher Lire la critique complète

The Gazette

Lire la critique

I'm a big Serge Gainsbourg fan. How about you? The reason I ask is because if you dig the musical stylings of the oh-so-cool Gallic chanteur, your enjoyment of Gainsbourg (vie héroïque) will most certainly be enhanced.

Brendan Kelly Lire la critique complète

Ruefrontenac.com

Lire la critique

Enfin, un des grands éléments-clés de la réussite du film se situe au niveau de sa distribution, originale, audacieuse et éclectique. Si certains choix allaient de soi (comme Laetitia Casta en Bardot), Sfar a eu franchement la main heureuse en confiant le rôle de Gainsbourg à Éric Elmosnino, un acteur de théâtre méconnu du grand public jusque-là. D'une justesse incroyable, et sans jamais tomber dans le piège de l'imitation, Elmosnino est tout simplement époustouflant. Chapeau!

Maxime Demers Lire la critique complète

Canoë

Lire la critique

Génial dans son envolée, mais superficiel et anecdotique dans sa seconde portion, Gainsbourg, vie héroïque, le film français le plus attendu de l'année, ne remplit ses promesses qu'à moitié.

Cédric Bélanger Lire la critique complète

Lecinema.ca

Lire la critique

Égayante biographie romancée sur un géant de la chanson française, Gainsbourg (vie héroïque) séduit principalement par son univers fantaisiste et la performance éclatante de son principal interprète. Si seulement la longue durée (plus de deux heures) ne jouait pas contre le récit, qui devient de plus en plus anecdotique et classique.

Martin Gignac Lire la critique complète

Voir

Lire la critique

Au-delà de la mélancolie qui émane du film, c'est tout le génie de Gainsbourg qui prend vie. De même que son pouvoir de séduction... car à le voir ainsi à l'écran, tour à tour fragile, impertinent, nonchalant, on ne peut que comprendre ou deviner son ascendant sur son entourage.

Manon Dumais Lire la critique complète

La Presse

Lire la critique

Le style narratif est linéaire, mais la forme, elle, ne l'est pas. Là est d'ailleurs la belle astuce du film. La fantaisie vient ainsi sublimer les aspects plus sombres, évoqués ici par un double, qu'on appelle « La Gueule », sorte de marionnette en latex qui poursuit Gainsbourg comme sa mauvaise conscience.

Marc-André Lussier Lire la critique complète

24imag

Lire la critique

C'est que Gainsbourg, vie héroïque, malgré la présence d'une performance d'acteur époustouflante (Éric Elmosnino, au-delà de la troublante ressemblance physique, fait vibrer l'étrange charisme de Gainsbourg, entre fascination et dégoût, avec une précision redoutable), n'est pas un biopic comme les autres. En est-il vraiment un, d'ailleurs?

Helen Faradji Lire la critique complète