Un poison violent

Version originale en français
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.

Durée

1h25

Genre

Drame

Origine

  • France

Date de sortie au Québec

22 avril 2011

Synopsis

En revenant du pensionnat pour l'été, Anna découvre que son père a quitté la maison familiale. Grâce au soutien de son grand-père, un vieil homme malicieux et fantaisiste, Anna s'accrochera à cette nouvelle réalité et tentera, comme elle le peut, de panser ses plaies. Mais c'est vraiment avec Pierre, un garçon du voisinage, qu'elle passera finalement le plus clair de son temps, à explorer les bois et à explorer aussi sa sexualité naissante. C'est l'été de tous les changements pour Anna, qui s'apprête également à faire sa confirmation, mais qui doute, et de plus en plus fort à chaque jour, d'être prête pour cela.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Producteurs

Studio de production

  • Arte France cinéma
  • Canal +

Distributeur au Québec

  • Funfilm Distribution
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
60%
Louis-Paul Rioux
Cote: 4 (Bon)

Véritable révélation du film, la jeune et fragile Clara Augarde partage une belle complicité avec le savoureux Michel Galabru en grand-père libertin certes, mais également lucide et avisé.

24imag
Helen Faradji

Mais que, malgré ses maladresses, malgré un récit qui se referme probablement trop mécaniquement, malgré des boucles bouclées un peu trop laborieusement, Katell Quillévéré parvienne à y creuser son sillon de façon singulière et authentique, cela ne révèle pas seulement une nouvelle signature, cela relève aussi, un peu, du miracle.

La Presse
70%
Marc-André Lussier
Cote: 3,5 étoiles

Évoquer dans un film l'appel de la foi d'une toute jeune fille constitue à n'en pas douter un pari audacieux à notre époque. Katell Quillévéré l'a relevé avec intelligence et sensibilité. Une carrière prometteuse s'annonce.

Voir
60%
Manon Dumais
Cote: 3 étoiles

Un poison violent distille une douce mélancolie, laquelle sert de charmant contrepoint aux apparitions d'une tendre drôlerie de Michel Galabru.

Le Nouvel Obs
80%
Jean-Philippe Guerand
Cote: 4 étoiles (sur cinq)

En situant délibérément ce tableau de mœurs dans le contexte figé d’une bourgeoisie de province sur laquelle le temps ne semble avoir aucune prise, la réalisatrice dessine un beau portrait de jeune fille insoumise et trouve en Clara Augarde une interprète à la virginité aussi subtile que lumineuse.

Télérama
80%
Mathilde Blottière
Cote: 4 étoiles (sur cinq)

Katell Quillévéré, 30 ans, mène ce récit d'initiation sur un mode impressionniste, avec d'authentiques éclats de grâce.

Le Parisien
80%
Marie Sauvion
Cote: 4 étoiles (sur cinq)

Entre famille, religion et sexualité, ce portrait d'une jeune fille en proie au trouble séduit par sa justesse de ton. Solide et solaire, Clara Augarde fait de remarquables débuts face à Lio et au « papy » Galabru, très émouvant.

Libération
80%
Gérard Lefort
Cote: 4 étoiles (sur cinq)

Un poison violent, de Katell Quillévéré, ou le parcours sensuel et chaotique d’une ado mystique.

Le Monde
80%
Jean-Luc Douin
Cote: 4 étoiles (sur cinq)

Prix Jean-Vigo, Un poison violent s'inscrit modestement, sans racolage, dans une certaine tradition française de la chronique de vie de province, sans effet pictural, dans une veine qui se rapprocherait de celle de Maurice Pialat.

L'Express
80%
Christophe Carrière
Cote: 4 étoiles (sur cinq)

Un petit hommage à la Thérèse d'Alain Cavalier ici, un clin d'oeil à Georges Bataille là et, partout, la personnalité d'une réalisatrice qui met toutes ses tripes dans une chronique où chacun(e) devrait se retrouver. Pour un premier film, c'est un sacré bon film.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.